COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémi-marchand
Membre actif
Membre actif


Masculin Nombre de messages : 1009
Age : 22
Ville : Le Mans ( CNED )
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Ven 3 Oct - 17:39

résistance3

Un homme est mort de froid en plein cœur de Paris,
place de la Concorde, dans la nuit du 20 au 21 décembre. A peine un
entrefilet dans les journaux. Le cas est devenu trop banal ; les
statistiques sont elles aussi glaçantes : il y aurait officiellement
200 personnes qui meurent de froid par an en France chaque année. Le
gouvernement avec son cynisme habituel se félicite même qu'il y en ait
si peu alors que le nombre de sans-abri ou de sans domicile fixe (SDF)
dépasserait le chiffre de 100 000, en augmentation constante, alors que
plus de 3 millions de foyers seraient "mal logés". Les télévisions nous
montrent régulièrement quelques foyers modèles du Secours Catholique
(avec chambres individuelles) et des reportages sur les rondes de nuit
du "SAMU Social". Cette publicité est bien obligée de concéder quelques
interviews moins idylliques de ces prolétaires survivant dans la plus
grande misère et qui refusent de se laisser "rafler" pour aller dans
les centres d'hébergement surpeuplés où il n'est pas possible de fermer
l'œil parce que la promiscuité est telle que chacun vit dans la crainte
permanente du vol ou de l'agression. Dans ces petits "camps de
concentration humanitaires", ils se disent beaucoup moins en sécurité
que sur leur bout de trottoir. Qu'importe : le message de la propagande
est bien là, martelée avec insistance : s'ils crèvent de froid, tant
pis, c'est de leur faute, c'est qu'ils le veulent bien ! La
spectaculaire intervention musclée des flics pour démonter les tentes
des "Enfants de Don Quichotte" sur les quais de Seine face au parvis de
Notre-Dame n'aura été qu'un événement médiatique qui se conclut deux
jours plus tard par un touchant consensus où chaque association et
chaque organisation caritative se félicite que le gouvernement ait
renouvelé ses belles promesses en termes de construction de nouveaux
foyers, de logements sociaux d'urgence ou de "droit au logement
opposable en justice". Evidemment, cela n'est que de la poudre aux yeux
: non seulement rien n'est réglé mais la situation ne peut qu'empirer
dramatiquement. Quelques jours auparavant, pour leur 22e anniversaire,
les "Restos du Cœur" ont mis en avant qu'ils avaient servi plus d'un
milliard de repas depuis leur création (82 millions en 2006 auprès de
700 000 personnes). Et leur fréquentation est en constante augmentation
(+5% par an) : avec l'emploi de plus de 51 000 "bénévoles", c'est
devenu la plus grosse entreprise caritative du pays. Les porte-parole
de l'État bourgeois ne nous parlent plus de "nouvelle classe" que
seraient les "nouveaux pauvres" comme il y a 20 ans ; la misère
croissante crève aujourd'hui les yeux. La question du logement, le coût
exorbitant des loyers, l'insalubrité du parc immobilier, la
multiplication des prêts immobiliers "à risque", liés au gonflement de
la spéculation immobilière, sont le creuset permanent de la
paupérisation croissante de la classe ouvrière qui se cumule avec tous
les autres facteurs de dégradation vertigineuses des conditions de vie
des ouvriers : la hausse du "coût de la vie", des produits alimentaires
de base, le déremboursement des dépenses de santé, l'aggravation de la
précarité de l'emploi, les menaces de licenciement et de chômage... Un
sondage récent a montré qu'une personne sur deux redoute de se
retrouver à la rue du jour au lendemain. Un autre chiffre semi-officiel
a été rendu public (encore très en dessous de la réalité) : il y aurait
plus de 7 millions de personnes qui sont aujourd'hui réduites en France
à survivre en dessous du seuil de pauvreté, y compris parmi des couches
de plus en plus larges de travailleurs salariés. Le déséquilibre et le
développement des inégalités sociales est aussi de plus en plus
manifeste, révélateur de l'aberration du mode de production capitaliste
et de sa faillite : d'un côté cette société sécrète une accumulation
ostentatoire de richesses et de fortunes colossales, l'étalage d'un
luxe artificiel et d'un train de vie tapageur pour une petite minorité
d'exploiteurs (y compris de ses couches parasitaires) et de l'autre de
plus en plus de prolétaires surexploités réduits à plonger dans la
détresse. Dans tous les pays, y compris les plus riches et développés,
le même phénomène permet de faire le même constat. Celui de
l'incapacité du système capitaliste à satisfaire les besoins les plus
élémentaires de l'immense majorité des êtres humains. C'est pourquoi le
prolétariat, qui est la seule classe capable de renverser ce système et
de construire une nouvelle société d'abondance (débarrassée de la
marchandise et donc de la misère) détient la clé de l'avenir. Il y a
160 ans, dans Misère de la Philosophie, Marx mettait en avant contre
Proudhon qu'il ne faut pas voir dans la misère que la misère mais le
ressort même de la lutte de classe qui rend possible la nécessité de la
révolution : "la condition d'affranchissement de la misère et de
l'exploitation de la classe laborieuse, c'est l'abolition de toute
classe". [1]

W. Courant Communiste International

[1] Plus que jamais, le marxisme reste la seule théorie vivante de la
classe porteuse du communisme. Karl Marx n'était ni un guignol ni un
clown (contrairement à ce que prétendent les "humoristes" du Capital
qui cherchent à escroquer les ouvriers et à leur vendre leurs "best
sellers" . Voir la couverture d'un livre très commercial intitulé
"Prolétaires de tous les pays, excusez-moi"). C'est bien la lutte des
prolétaires de son époque qui avait permis à Marx d'examiner et
d'analyser la dynamique historique du capitalisme avec un télescope (et
non avec des verres déformants). Le mot d'ordre du Manifeste de 1848
"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !", est toujours
d'actualité. .



Liens:: http://www.internationalism.org
Revenir en haut Aller en bas
http://revoltescolaire.skyrock.com/
Lucas_NPA_29
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 444
Age : 24
Ville : quimper
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 17:52

On le sait, on le vois, mais on ne fait rien...Une honte pour un pays comme la France...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 18:22

a poitiers c etais y as trois jours
Revenir en haut Aller en bas
Kalou
Invité



MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 18:25

Parce que tu crois que dans les autres pays d'Europe ou du monde, c'est mieux! Cite moi un pays ou la vie est meilleure!
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif


Masculin Nombre de messages : 2944
Age : 96
Ville : Montpellier
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 18:27

Mais putain de bordel de merde, est-ce une raison?!

C'est quoi cette mentalité !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 19:06

laisse guillaume, en gros il vient de confirmer que c'est la merde partou,t que nous vivons dans une société inhumaine qui se fout royalement de l'être humain, ou seul une petite partie de la populations en sort en regardant batailler et creuver les autres
On devrais le remercier d'avoir fait un constat si réaliste
Revenir en haut Aller en bas
rémi-marchand
Membre actif
Membre actif


Masculin Nombre de messages : 1009
Age : 22
Ville : Le Mans ( CNED )
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Sam 4 Oct - 19:22

Oui, kalou et asfrat on raison, mais il faut ouvrir le plus de batiments poissbles, jetez un soup d'oeil dans vos quartiers et communes, vous constaterez le nombres de maison et autre locaux vide, laissé a l'abandons, sans y préter atention on ne les remarque pas tant que sa, mais la je vais ouvrir mon squatt culturel avant la fin du moi, et oui en y faisant un peut gaff et en trainant dans la ville du mans, j'ai une liste de près de 30 batiments, je suis certain qu'on pourrait loger au moin plus de 400 personnes dans tout ces locaux, donc oui nous vivons dans un monde de merde, oui dans les autres pays c'est pas mieux, mais c'est pas pour autant qu'il ne faut pas faire bouger les choses au maxixmum, si tout les pays se disent ," on laisse sa comme sa,car ailleur c'est pas mieux" on n'avancera a rien, et au contraire sa continura a s'agraver. résistance3
Revenir en haut Aller en bas
http://revoltescolaire.skyrock.com/
Lucas_NPA_29
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 444
Age : 24
Ville : quimper
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Dim 5 Oct - 13:50

C'est sur que les solutions existent, mais le problème des batiments non habités c'est qu'ils appartiennent bien souvent à des grosses boite qui ont obtenu de nouveaux locaux. Et il s'attendent que le prix du terrains augmenter pou revendre en masse...
On est dans un cerle vissieux du quel seul une vraie révolte peut nous sortir...
Revenir en haut Aller en bas
rémi-marchand
Membre actif
Membre actif


Masculin Nombre de messages : 1009
Age : 22
Ville : Le Mans ( CNED )
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Lun 6 Oct - 19:53

OUi mais pendant ce temps rien ne nous empèchent d'occuper les locaux aussi lontemps qu'on y arriverat! résistance3
Revenir en haut Aller en bas
http://revoltescolaire.skyrock.com/
Lussi O
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 1
Age : 26
Ville : strasbourg
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Pour une vraie aide aux sans-abri   Dim 16 Déc - 18:12

http://www.avaaz.org/fr/petition/La_fin_de_la_politique_du_thermometre/?cOPlKdb

Signez, contre la "politique du thermomètre" et pour une vraie aide aux sans-abri !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.   Aujourd'hui à 18:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Morts de froid, SDF, sans-abri… Le capitalisme sème la misère et la mort.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» baisser le chauffage sans mettre 3 pulls... ou comment ne pas grelotter de froid
» mes nuits sans toi ( pour mon kalou )
» Le froid et les sans abris
» Un semaine sans électricité..
» Creme solaire sans paraben ni parfum?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: FIL D'INFOS-
Sauter vers: