COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Visite présidentielle vue par un journaliste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Animateur
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Visite présidentielle vue par un journaliste   Mar 8 Juil - 17:01

Quoi que je fasse, je finis par retomber sur qqchose qui touche à Sarkozy. Et cette fois-ci, c'est arrivé plus vite que d'habitude ! Sur canalblog, sur la page des derniers blogs mis à jour, un article nommé "journalisme". J'ai du temps pour flâner, le sujet m'intéresse, comme une page "au hasard" sur wikipédia je clique. Et très rapidement (trop), un article sur Sarkozy. Mais cette fois, comment un journaliste provincial vit et voit le président arriver dans une usine de son secteur pour un discours.

Je vous en fait profiter car la 1ère partie est très intéressante et nous donne des renseignements sur la façon dont les services de l'Elysée empêche les journalistes de faire convenablement leur travail. Comment la communication du président est assurée partout et tout le temps. Pourquoi ne voit-on presque jamais les manifestants. La presse est ballonnée mais les journalistes ne sont pas toujours responsables.

Citation :
Porte-micro

Commençons par l'extraordinaire citation du jour : " Vous voulez que je vous le tienne ?". Christine Lagarde Ministre de l'économie, Jeudi 3 juillet 2008 au Creusot ( Saone et Loire ).

Ce jour là le president de la republique sa clique et ses tics étaient en déplacement dans le département. Ce genre de visite est toujours atroce à couvrir. Toute la presse de Saone et Loire est sur place. Et une quarantaine de journaleux parisiens descendent aussi du TGV pour l'occasion.

A l'Elysée on est plutot carré pour l'organisation. Chaque Journaliste est badgé comme une vache charollaise. On a prévu une demi-douzaine de minibus pour transporter le troupeau. Cela permet d'eviter toute initiative personnelle, tout rapprochement vers les manifestants là bas, loin, derrière les barrières et le cordon de CRS.

Sur place, ces messieurs de l'Elysées sont sur les dents. Quelqu'un crache des ordres dans leur oreillette, pour se venger ils vous regardent tres mechamment. Aux portes de l'usine un portique a été installé. Comme dans un aéroport international, chaque journaliste est fouillé, passé aux detecteurs de métaux et sommé de vider ses poches.

A l'interieur les ouvriers regardent la scène d'un air mi amusé, mi excédé. Ce matin là on leur a demandé de ne pas construire de réacteur. Les fours ont même été eteints- ils seront rallumés quelques minutes avant l'arrivée du président- La seule consigne c'est : attendre. Sous leurs yeux la presse s'active, leur tend des micros sous le nez, installe des cables entre leur machines et bouscule leurs casques avec leurs pieds de caméra. Patiemment, ils jouent le jeu, attendent la venue du petit monsieur de la télé et savoure cette matinée de recré. Comme les journalistes ils ont pensé à prendre des appareils photos. Oui ça fera rire les copains : le président dans notre usine.

Sarkozy arrive. Ca se bouscule un peu. Le président serre quelques mains, plaisante avec les ouvriers. Il est le seul à ne pas porter de casque de chantier. Rien ne tombe sur un président.

Sarkozy parle dans un micro sur une estrade. Derrière lui , on a demandé aux ouvriers les plus propres, les plus jeunes, de servir de décor pour les images que filmeront ces messieurs de la télévision. Il parle des 35h un peu, de la valeur du travail beaucoup, de ces salopards de chinois qui nous volent nos usines. Et puis quand le discours devient ennuyeux, il se dresse sur ses talons et fait un peu d'humour, ça detend : " Je n'ai pas fait Les Mines, je n'ai pas fait l'ENA. En fait je n'ai pas fait grand chose... Mais moi j'ai été élu !". Rires dans l'assemblée, ceux là voteront peut etre pour lui en 2012.

Et puis le discours se termine. Chez les journalistes on s'agite. Imaginez un jour de soldes aux Galeries Lafayette. On saisit les micros, on tend les perches, on verifie son flash, on lance son magnéto. Les deux minutes qui suivent sont les plus importantes de la journée. 100 metres entre l'estrade et la voiture du president. C'est dans cet intervalle uniquement, que le journaliste pourra recueillir la parole présidentielle et la renvoyer toute chaude à sa rédaction. C'est une mélée de rugby, un concert des Stones, un essaim d'abeilles. On joue des coudes, on se donne des coups de caméras, on n'hesite pas à faire valser tout bras qui apparait dans le champ des objectifs.

Le premier en face du président gagnera la manche.

Autour du chef de l'etat ils sont une cinquantaine. Objectif ce jour là : Le faire parler d'Ingrid Bétancourt. C'est beaucoup 50. Les bonnes places sont cheres. Les perches sont tendues aux max, les bras s'allongent pour approcher un micro. Lui commence " Avec Carla nous l'avons eu cette nuit au telephone..."

Merde je suis trop loin !Trop petit aussi. je n'entends rien. Mon micro est dans son dos. Je suis bloqué entre le Prefet et la ministre de l'économie. Je Grimace, comme un coureur de fond, je me suis fait coincer à la corde. La médaille ne sera pas pour moi.

C'est à ce moment que ma voisine se retourne. Elle porte un beau tailleur vert, elle est bronzée. Elle se rend compte de mon désarroi. Cette femme c'est Christine Lagarde, Ministre de l'economie. Elle m'offre un beau sourire et me glisse alors à l'oreille cette phrase fascinante " Vous voulez que je vous le tienne ?" .

Un peu surpris, je hoche la tête. Mon micro passe alors dans sa main manucurée. La minsitre lance un petit regard à son chef et place le micro RCF juste sous le nez du président. je suis le mieux placé. Je gagne sur la ligne.

Mais le prefet me tape sur l'épaule. Sa moustache me jette d'un ton accusateur " J'espere pour vous que c'est un vrai micro, sinon ça va barder mon petit gars". Aujourd'hui encore, je me demande ce qu'il voulait dire.

Pour la petite histoire : le son était parfait. Christine a bien travaillé. on sentait bien les trémolos dans la voix de Nicolas. Il a bien parlé D'ingrid. Toutes mes concurrents ont diffusé cette réaction. Leur son etait pourtant de moins bonne qualité que le mien. Mais ma rédaction n'en a pas voulu.

J'ai gagné, mais personne ne le sait.

>> http://letiroir.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
 
Visite présidentielle vue par un journaliste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Divers les BAN] Visite de la BAN Lanvéoc Poulmic par des collégiens(iennes) le 7 avril 2010
» Visite chez l'ophtalmologiste
» visite du 8eme jour
» Visite de la brasserie PALM
» question visite maison avant signature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: FIL D'INFOS-
Sauter vers: