COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Du rôle du professeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sulfateuse
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 5
Age : 83
Ville : Honolulu
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Du rôle du professeur   Ven 23 Oct - 22:55

Brochure disponible en 5 pages jpg sur http://la-sulfateuse.blogspot.com
- - - - - - - - - -

« Wesh Professeur ! »
Volée de crachats à la face des hypocrites contremaîtres de l’ordre établi
« Wesh Professeur », faut qu’on te parle, on a passé nos vies à écouter tes conneries et à t’obéir en fermant nos gueules, tu vas bien nous écouter cinq minutes à ton tour.
A l’heure où s’annonce un énième « mouvement de l’éducation », cette mascarade qui voudrait faire de toi le héros martyr de la pure et innocente « République- des- droits- de- l’homme- et- des- lumières » menacée par le vilain Capital, il nous a semblé nécessaire de faire entendre un son discordant au sein du chorus tonitruant des clochers syndicaux appelant les fidèles à cette messe traditionnelle.
Parce que les manif’ à la con on y croit pas plus que cette connerie de bulletin de vote, parce qu’à la réalité le « travail » auquel on nous astreint, de l’école à la retraite, sert à nous déposséder du libre emploi de notre vie quotidienne, sur laquelle on délègue le pouvoir tous les cinq ans après l’habituelle brève comédie électorale.
Parce que, à l’heure où la politique n’est plus que de la « gestion », que le « gouvernement des hommes » a abdiqué à l’ « administration des choses », que l’Etat n’est plus que le valet décentralisé du Capital, la seule vérité est qu’il n’est ni utile de manifester pour aménager le travail (dont ton « école » fait partie »), ni de voter pour se choisir de « meilleurs » représentants politique : il est urgent de détruire le Travail et de se réapproprier la Politique.
Parce que ta « république » n’a jamais eu d’autre fonction que de nous confisquer la politique en nous imposant le travail, parce qu’elle n’a jamais eu d’autre vocation que d’être la pute du Capital, le catéchisme citoyenniste avec lequel tu endors tes ouailles n’est qu’une fumée d’encensoir vous faisant oublier la triste réalité que voici : les « enfants de la république » sont tous des enfants de putain, et toi, professeur, son fayot le plus zélée, son rejeton le plus lèche- cul et le plus moralisateur.
Parce qu’on t’emmerde toujours, sale flic de prof, et qu’on ne se mobilisera pas pour sauver ton petit cul et ton sale boulot, mais pour détruire ce monde qui te produit.
Parce qu’on ne s’illusionne plus des artifices de la « contestation- spectacle » menée par ta clique de gauchistes, ni sur sa volonté de renverser réellement cette société dont cette « extrême- gauche » hypocrite est, finalement, le rempart le plus sournois.
Parce que votre discours œcuméniste d’union de la « Gauche » ou de l’ « Extrême- gauche » nous passe largement au dessus de la tête, ou en dessous de la ceinture, à nous qui voulons détruire la Gauche comme la Droite, la Gauche autant que la Droite, nous qui voulons combattre le système sur le terrain de son imaginaire et de sa fausse bonne conscience militante tout autant que sur le terrain de ses offensives concrètes.
Parce que ce Monde, c’est sa Police, c’est à dire autrement, ses dispositifs, ceux qui assurent, en tous temps, en tous lieux, l’ininterruption du règne de la « situation normale, celle où la Marchandise est produite, consommée et où règne son statut, que ce soit sur les objets comme sur les formes- de- vie et leur rapport entre elles et au monde qu’elle façonne.
Et parce que ce monde est sa propre Police, dans ton petit cortège « pacifiques » toi et tes amis manifestants qui vous faites une fierté de n’avoir « rien à vous reprocher » à l’égard du Pouvoir, imbéciles heureux qui confondez être « pacifistes » avec être « inoffensifs » et « collaborer », attendez vous toujours à être la cible de ceux qui ont tout à reprocher à cette société et ne s’illusionnent pas lâchement sur l’impossibilité d’éluder l’affrontement direct.
Craignez d’être la cibles des « casseurs », car, au même titre qu’un cordon de flic, une vitrine d’agence bancaire, un mobilier urbain, un panneau publicitaire, une caméra de surveillance, une école, un ministère, une prison, le « calme Républicain » auquel vous appelez et auquel vous voulez collaborer est la « situation normale » que nous voulons perturber et détruire par la grève véritable, générale et insurrectionnelle.
Parce que, professeur, le « savoir », que les laquais du Vieux Monde de ton espèce, se flattent de « transmettre » ne pourra jamais être réduit à l’«éducation », qui n’est que le dressage aux fins de la reproduction d’un système pourri qui n’est pas réformable … ni par sa droite ni par sa gauche.
Parce que, au-delà du débauchage, sans cesse plus ouvert et putassier, de ce prétendu « savoir » par le Capital, l’éducation républicaine est, comme son nom l’indique, l’école de cette société à détruire ; à ce titre elle existe pour nous apprendre à accepter passivement, comme « allant de soi » tout ce que nous devrions rejeter.
Elle existe pour nous apprendre l’acceptation de l’enfermement et du temps volé dans les salles de cours pour répondre au sacro- saint impératifs d’être « dynamique, participatif et productif », cette productivité étant « sanctionnée » par le « bulletin » de note et ses « appréciations » (du « satisfaisant » au « très insuffisant »), qui préparent à la future « fiche de paie » et aux lettres de licenciement comme aux avis d’expulsions de logements, aux Ordonnance de Quitter le Territoire, aux Condamnations Judiciaires, et à tous les autres « avis de décès » que la Marchandise réserve à ce qui n’est pas ELLE.
Elle nous conditionne à accepter la soumission inconditionnelle à ton autorité, et à l’autorité en général, comme à l’acceptation et au respect de toutes les hiérarchies, dont les échelons se gravissent au rythme d’une compétition perpétuelle, qu’on nous fait accepter sous la condition dérisoire d’une fumeuse « égalité des chances » (comprenez « égalités des chances de départ) qui n’est, de toute façon, pas le dernier des mensonges d’un système corrompu à tous ses étages.
L’arsenal punitif de l’ « éducation républicaine » n’est qu’une des facettes de ce laboratoire d’expérimentation des formes- de- vie futures, fonctionnant par un minutieux travail de préparation basé sur la sélection la criminalisation et l’exclusion des vie non-conformes à l’ordre régnants : malheur aux « déviants » et aux « élèves à problème » refusant le travail, la compétition, la sanction, refusant d’accepter de se considérer à travers des notes et des appréciations, malheur à toute vie qui déborde du cadre autorisé par l’institution : toi et tes connards de collègues, dont c’est le rôle foncier, tout comme les conseillères d’orientation ou d’éducation, assistante sociales psychologues scolaires, êtes là pour faire rentrer dans le droit chemin ceux qui s’en écarteraient, par la prévention psycho- sociale ou la répression judiciairo- économique ; tout comme les « chercheurs » et autres troufions d’intellectuels universitaires au service de ce système ne sont pas les derniers, ni les moins dangereux, de ses flics.
Parce qu’elle est un des premiers, et des plus important, dispositif de conditionnement de notre rapport aux autres et au monde selon la logique de l’autorité, l’éducation scolaire est toujours dégueulassement politique, elle n’est pas ce que tu veut nous faire croire avec ta fiction mièvre d’un apprentissage « neutre » et d’une préparation globale à « la vie en société » ; elle est un dispositif policier préventif, un outils de pacification sociale visant à l’intégration, consentie ou forcée, à ce monde, et à l’organisation de la non- vie dans cette société ci.
Ton « éducation », « Professeur », comme ta République, on lui chie dessus, on la sabote et on veut l’éliminer à tout jamais, comme on veut éliminer l’autorité de nos vies !
On veut libérer le savoir et l’apprentissage individuel, qui ne se confondent pas avec le gavage surgelé qu’on fait ingurgiter aux pigeons du dressage de masse dont tu es le petit contremaître.
Nous sommes du coté des cancres, des branleurs, des rêveurs du fond de classe, de ceux qui regardent par la fenêtre et n’écoutent pas, du coté des perturbateurs, du coté de ceux qui rient trop fort, courent dans les couloirs, foutent des boules puantes, de ceux qui sèchent les cours, du coté de ceux qui te répondent, te crachent dessus, emmerdent ton autorité, du coté des collés, des virés et jusqu’aux émeutiers qui crament les écoles publiques.
Du côté de ceux qui piquent les ordinateurs ou qui les cassent gratuitement, comme les distributeurs Selecta, du côté de ceux qui allument l’alerte incendie, tagguent les amphi, défoncent les portes, pètent les serrures, les murs et les barreaux des fenêtres, du coté de ceux qui arrivent en retard ou jamais et baisent dans les salles de cours.
Du coté de tous ceux qui « te niquent », sale prof, qui niquent ton école et ton université de merde, du coté de ceux qui ne veulent pas la sauver mais la détruire, du coté de ceux qui sifflent la marseillaise et qui « niquent la république ».
Nous sommes du coté de ceux qui ne seront jamais ni des élèves, ni des étudiants, ni des travailleurs ni des citoyens. »
Revenir en haut Aller en bas
Pas glop
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 10:39

C'est écrit par un étudiant qui a visiblement une dent contre les profs universitaires.
Mais il n'aurait jamais pu écrire de telles âneries si ses profs successifs ne lui avaient pas appris à lire et à écrire. Vraiment Utopique!
Revenir en haut Aller en bas
sulfateuse
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 5
Age : 83
Ville : Honolulu
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 12:36

J'ai appris à lire et à écrire avec ma maman avant le C.P sale blaireau !
Après, si tes profs bien aimés t'ont appris à développer tes propos, développe en quoi les miens sont des âneries !
Ah ouais, et aussi en quoi ce texte est utopique ?

Ton école t'a jamais appris que les petites piques non argumentées c'était de la pauvreté ?

Ils sont beaux les rejetons de l'éducation républicaine, mouarf !
Revenir en haut Aller en bas
Pas glop
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 12:56

Alors que fais-tu à l'université de Nanterre si ta maman est capable de tout t'apprendre??? Rigolo!

Les profs m'ont effectivement bien appris à développer mes sens et le savoir ce qui fait que je gagne maintenant bien ma vie, pas comme l'a fait ta maman visiblement.

Tu n'as peut-être pas été capable de valider tes acquis et tu n'as pas obtenu tes diplômes ce qui fait que tu t'en prend aux profs et à la société tout entière. C'est pas de ma faute ni de la faute des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 493
Age : 26
Ville : Nantes
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 14:47

J'ai pas pu tout lire tellement ça suintait la haine, et la cible est bien plus vaste que les professeurs auxquels tu fais référence, le sujet que tu développes est la vision d'une autre société totalement différente de celle que l'on connait.
En bref tu nous fais part de tes impressions, et ce ne sont que des impressions.

Es-tu anarchiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Miasaki
De passage
De passage


Masculin Nombre de messages : 26
Age : 24
Ville : Chamalières
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 16:22

Bon... les idées en fond ne sont pas si mal que ça, et pas si fausse...

MAIS la forme gâche tout. Des insultes à tout va, "j'te nique" va te faire etc etc
Désolé, mais tu n'es plus crédible.
Il est vrai que l'école nous incruste dans le système. Mais il est vrai que sans école nous ne ferions plus grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
taddeus
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 346
Age : 24
Ville : Bordeaux
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 17:14

Citation :
Es-tu anarchiste ?
Question stupide qui ne mène strictement à rien. Qu'il te dise oui on non, ça ne changera rien au problème.
Peut être pourra tu lui coller une "étiquette". Et après?

Ensuite je ne comprend pas trop l'utilité d'un tel texte ici.
Si tu as une dent contre les proffesseurs (qui semblent incarner beaucoup pour toi) vas les voirs, parle leur en face, et sort de devant ton écran d'ordinateur.
D'autre part ce que tu dis est peut être juste, mais il fait tellement appel à tes émotions personnelles, qu'il est pratiquement impossible d'y adhérer.
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 493
Age : 26
Ville : Nantes
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 17:36

Je voulais juste savoir si j'avais fait une déduction correcte, pour l'intérêt du problème soulevé à mon sens ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 17:49

Va voir son blog (http://la-sulfateuse.blogspot.com) tu comprendra vite son orientation politique, si ça t'intéresse...
D'ailleurs "orientation politique", je suis pas sûr que ce soit un mot qu'il apprécie trop.
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 20:06

Citation :
MAIS la forme gâche tout. Des insultes à tout va, "j'te nique" va te faire etc etc

Moi au contraire, j'ai trouvé ce texte plutôt bien écrit. C'est ça qui m'a donné envie d'aller jusqu'au bout. Par contre, le fond m'inquiète davantage. A quoi veut et peut aboutir cette critique sociale au final ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Pas glop
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 20:15

Oui, le texte est bien écrit mais de la part d'un étudiant, je dirais heureusement.
Par contre sa forme vulgaire est lamentable.
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Sam 24 Oct - 21:08

Bof, ça change du langage consensuel que nous avons l'habitude de parler et d'écrire. C'est une revendication en soi. Le message étant de détruire tout ce qui existe sans distinction, la langue utilisée se veut surprenante. Mais la forme même de ce texte porte toutes les contradictions du fond.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
L'Horticulteur
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 238
Age : 25
Ville : Nantes
Date d'inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Dim 25 Oct - 23:32

Citation :
jusqu’aux émeutiers qui crament les écoles publiques.

...dans les quartiers ou ils auraient justement besoin de plus de moyen pour l'éducation. Tu ferais mieux de t'insurger contre l'école privée espèce de pauvre connard, celle qui fait du prosélytisme à tout va et qui prêche certainement plus l'ordre républicain que dans l'école publique. Si tu craches autant sur les profs, c'est que tu n'as surement pas discuté avec eux, ou alors si peu..

Citation :
Parce que votre discours œcuméniste d’union de la « Gauche » ou de l’ « Extrême- gauche »

la tu parles du NPA, du PCF et du PG, pas des profs.

Après, je ne suis pas en total désaccord avec ce que tu dis, l'école telle qu'elle est faite est pourrie, elle nous incruste dans le système. Mais plutot que d'insulter les profs ( qui ne sont pas tous mauvais détrompe toi, une partie, pas tous certes est bien plus intelligente que tu ne le crois), propose la nous, ton école émancipatrice, et la je serais certainement en accord avec la majeure partie de tes propos. alors même si t'as envie de détruite l'école ou la fac, n'oublie pas que résister, c'est créer!
Revenir en haut Aller en bas
http://syndicatpouetpouet.wordpress.com
sulfateuse
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 5
Age : 83
Ville : Honolulu
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Lun 26 Oct - 6:59

Le privé c'est des méchants, le public c'est des gentils !
Vive la république !
Revenir en haut Aller en bas
sulfateuse
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 5
Age : 83
Ville : Honolulu
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Lun 26 Oct - 6:59

Emeutiers c'est pas forcément enfant de quartier défavorisé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Lun 26 Oct - 8:44

Développe un peu ça aidera à la discussion... Tout le monde n'a pas lu tout ton blog...

Et puis même en ayant lu, un peu d'argumentation pour répondre aux critiques, ça ne fait jamais de mal, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 493
Age : 26
Ville : Nantes
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Lun 26 Oct - 12:14

Aïe.

Revenir en haut Aller en bas
Monk
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Mar 27 Oct - 13:14

T'es quand même un sacré excité du bulbe man. Faut savoir relativiser dans la vie. Si le système est pourri ce n'est pas une raison pour qu'en prendre aux individus, ils n'en sont pas conscients les pauvres ères. La plupart en tout cas n'en est pas consciente et tous ne verront dans ton texte qu'une insulte injuste et gratuite. Le petit cri de haine isolé d'un branleur notoire. Point barre.

Et puis quoi, détruire l'éducation ? C'est stupide. Encore détruire l'éducation nationale, d'accord. Mais l'Education. Ta mère qui te tient les bras pour t'apprendre à marcher, c'est de l'éducation et elle requiert une autorité sur toi, un certain pouvoir sur toi. L'Homme a besoin du pouvoir pour se construire. Et quand il est mûr, quand il a conscience d'être un Homme (et non pas un citoyen ou autres conneries bêlantes) alors il peut renier l'autorité et le pouvoir de l'autre sur lui, de lui sur l'autre, de lui sur l'objet et de l'objet sur lui.

Mais avant ! Avant ! Vois les ceux qui renient l'éducation dès le berceau, regarde les maintenant. Que sont-ils ? Je ne te parle pas de leur boulot ou de leur situation sociale. Mais sont-ils anarchistes ? Conscients d'eux mêmes ? Te semblent-ils capable de vivre sans autorité ? Ce ne sont que des ploucs comme les autres, des ploucs bien pires même. Des CRS, des agents de sécurité. Des connards qui frapperaient sur leur mère parce qu'on leur aurait ordonné.

Renier l'éducation Nationale. Certes, il faudra en arriver là. Mais nous ne sommes pas prêts. La jeunesse n'est pas prête et le reste non plus. Supprimons l'éducation Nationale, cela veut dire qu'il faut que chacun éduque l'autre. C'est bien beau mais trouveras tu toujours quelqu'un pour t'éduquer ? Les fils de bourgeois auront leur petit précepteur et les fils d'ouvriers. Que dalle. Cela en fera t-il des révolutionnaires en puissance ? Je veux oui. Mais après ?

Après la révolution sanglante que cela aura engendré, que se passera t-il ? Que dalle. Regarde la révolution française. Menée par des masses non éduquées. On en arrive à un régime de terreur pire que celui qui avait été renversé et ensuite à de multiples changements de régimes avec les révolutions qui vont avec pour en arriver à quoi ? Un régime dit républicain où la séparation des pouvoirs est fantoche où le Président est une icône à laquelle les masses vouent un culte.

Je chie sur la République, je chier sur toute autorité et tout pouvoir parce que je suis conscient de moi même et de ma force en tant qu'individu et c'est con mais c'est l'éducation que j'ai reçu qui m'a apporté ça. D'une part l'Education Nationale mais surtout mes parents qui m'ont donné un regard critique sur ce que l'on me faisait ingurgiter. Ce qui compte c'est cet esprit critique sur ce qu'on nous donne à apprendre. Commençons par donner à tous ce regard critique avant de détruire l'Education Nationale.

Je ne suis pas du côté des branleurs car ils resteront des branleurs, je suis du côté des Hommes et des révolutionnaires, des anarchistes et des libertaires. Pas de ceux qui renient l'autorité parce qu'à un moment donné elle les a emmerdé mais du côté de ceux qui renient l'autorité parce qu'elle n'a pas lieu d'être.
Revenir en haut Aller en bas
sulfateuse
Tout nouveau
Tout nouveau


Féminin Nombre de messages : 5
Age : 83
Ville : Honolulu
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Mar 27 Oct - 18:43

Monk, comprend ce que tu lis et réponds pas des conneries s'il te plaît c'est gènant pour toi sans déconner
Revenir en haut Aller en bas
Monk
Invité



MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   Mar 3 Nov - 13:57

Mec comprend ce que t'écris et ce que ça implique. J'ai très bien compris ce que j'ai lu, si ce n'est pas ce que tu penses alors apprend à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du rôle du professeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du rôle du professeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Adieu .. M'sieur le professeur "
» Jean RENAUD (professeur)
» Professeur d'université
» Régis Boyer (professeur)
» « La valeur d'un professeur se mesure à la personnalité de ses élèves. » [PV Husk]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: DÉBATS ET IDÉES-
Sauter vers: