COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Mission parlementaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
taddeus
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 346
Age : 24
Ville : Bordeaux
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Mission parlementaire   Jeu 16 Juil - 14:18

Je solicite votre aide parce que là j'ai du mal à comprendre quelques trucs dans le rapport de la mission parlementaire sur la réforme du lycée...


Citation :

"
Être orienté, aujourd’hui, c’est, au fond, réserver aux seuls bons élèves, jugés comme tels par leur aptitude à restituer des savoirs disciplinaires à caractère abstrait, le « droit » de choisir la filière générale et, au sein de celle-ci, la série S, et les délester ainsi des éléments plus faibles, en les affectant, selon une hiérarchie précise, dans les autres filières générales, puis dans les filières technologiques et, enfin, dans les filières professionnelles.

En effet, comme l’observe fort justement le rapport du Haut conseil de l’éducation consacré à l’orientation, à partir de la Seconde, les familles sont confrontées à un système de formation très hiérarchisé, reposant sur les résultats scolaires obtenus : « La voie générale est au sommet de cette hiérarchie et elle est un idéal d’études : l’orientation tend à procéder par des exclusions successives vers des voies ou des filières moins considérées. ». Ainsi, en Seconde, l’orientation par l’exclusion consiste à se voir refuser l’accès aux filières générales, en particulier à la filière scientifique (20).

Cette observation a été confirmée à la mission par le recteur de l’académie d’Aix-Marseille, M. Jean-Paul de Gaudemar, qui avait été chargé par le ministre de l’Éducation nationale de préparer la réforme de la Seconde présentée l’an dernier : l’orientation fonctionne aujourd’hui comme un système de « tri sélectif, qui conduit l’élève à se retrouver dans une voie qu’il n’a pas choisie » (21).

Ce système, qui accumule les ressentiments et les frustrations au point de mettre en péril notre conception républicaine de l’égalité, n’est plus socialement tenable : il faut que la Seconde permette aux élèves de faire de vrais choix, à partir desquels ils pourront ensuite se spécialiser en fonction de leurs envies et, comme on le verra plus loin, d’un projet professionnel élaboré à l’occasion de la découverte des métiers. C’est ainsi que les enseignants participants à une table ronde décentralisée ont mis en exergue la « nécessité d’une requalification de la Seconde » (22).

Cela implique de faire de la Seconde une année de détermination de plein exercice, alors qu’elle n’est aujourd’hui qu’un trompe-l’œil.

En effet, les enseignements de détermination de la Seconde sont choisis à la fin de la troisième. Or ce choix est largement prédéterminé par l’impact de la procédure d’affectation, l’offre de formation existante et les stratégies mises en œuvre par les familles pour que leurs enfants soient admis dans l’établissement et les filières les plus cotés. De plus, le choix des enseignements de détermination suivis en Seconde préfigure l’orientation en fin de Seconde : les familles de cadres et d’enseignants, bien informées, savent ainsi que le choix de l’option MPI (mesure, physique et industrie) mène trois quarts des élèves qui l’ont suivie en Première S. Ce système est donc, pour reprendre les termes d’un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale et de l’Inspection générale de l’éducation nationale et de la recherche, hypocrite et illisible : « illisible, car seuls les initiés sont en mesure de choisir l’option leur permettant de choisir le parcours qu’ils ambitionnent, et hypocrite, parce qu’il donne l’illusion d’un choix largement biaisé » (23).

Aussi, pour faire de la Seconde une vraie année de détermination, celle-ci devrait reposer, en premier lieu, sur un nouvel équilibre entre les enseignements –point qui a déjà été abordé – et, en second lieu, être semestrialisée."

Je trouve le premier point bien expliqué (à savoir rééquilibrer les enseignements proposés en seconde); mais je comprend vraiment pas ce que vient foutre là la semestrialisation...

PS : je commence à me rendre compte que c'est EXACTEMENT la même réforme que celle contre laquelle nous nous sommes battus qu'on nous refabrique là...
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif


Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 25
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Mission parlementaire   Jeu 16 Juil - 16:53

La semestrialisation permet de mieux se déterminer pour la première =) on réfléchis au premier trimestre, on choisi au second et on valide au 3 eme suivant nos résultats. C'est un point qui était absent de la dernière réforme et pour lequel nous nous somme battus.
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
 
Mission parlementaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport sur la lutte contre l'insécurité - 2014 (Mission d'information Blazy)
» Démission pour congé parental...
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» recherche émission tv/vivre avec 100 objets
» Émission toc toc toc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: DÉBATS ET IDÉES-
Sauter vers: