COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ressentez-vous un climat "anti-jeune" actuellement en France
Oui
64%
 64% [ 18 ]
Non
25%
 25% [ 7 ]
Nspp
11%
 11% [ 3 ]
Total des votes : 28
 

AuteurMessage
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 28 Déc - 22:11

Je le pense depuis très longtemps, les mouvements lycéens, y compris l'actuel, ne sont pas motivés que par une défense de l'éducation. Ce n'est pas pour autant un alibi, mais il y a une question plus profonde et pourtant méconnue par les manifestants eux-même. Le malaise se forme à cause des conditions d'enseignement qui se dégradent, mais essentiellement car notre génération, la jeunesse actuelle sent qu'elle vivra moins bien que les générations antérieures.

Et j'ai trouvé ce texte que je trouve très intéressant, qui permet d'ouvrir le débat.

Il évoque une "grève opérationnelle" qui pourrait s'étendre à toute l'Europe.

Citation :
Jeunesse grecque, jeunesse française

C'est la même protestation qui sourd de la jeunesse, contre un modèle social inéquitable qui sacrifie leur avenir, écrit Grégoire Tirot, auteur de France anti-jeune, comment la société française exploite sa jeunesse.

Les troubles qui ont secoué la Grèce au début du mois de décembre peuvent nous sembler lointains. Ce serait une erreur que de le croire : cette jeunesse grecque désenchantée de 20 à 35 ans, rebaptisée « génération 600 euros », est en réalité la cousine de la « génération précaire » française qui s'est battue contre le CPE, ainsi que des mouvements lycéens qui viennent d'aboutir au report d'une réforme portée par le ministre de l'Education nationale.

N'oublions pas leurs proches parents : la « generazione 1000 euro » italienne qui a manifesté massivement il y a quelques semaines contre la mise en œuvre d'une loi aboutissant à supprimer près de 9 milliards d'euros dans l'enseignement scolaire et supérieur d'ici à 2013, ainsi que les "Mileuristas" espagnols qui, de 18 à 30 ans, vivent encore à 80% chez leurs parents, du fait de l'extrême difficulté à pouvoir devenir autonome financièrement.

Il existe en effet un lien invisible mais très fort entre ces jeunesses européennes. En Europe, les pays latins - l'Italie, l'Espagne, la Grèce et bien évidemment la France - ont chacun développé, pour éviter de se réformer, un modèle économique et social qui sacrifie et paupérise ses jeunes classes en s'en servant comme d'une variable d'ajustement. Ce qui n'est pas le cas des autres grandes nations européennes. Une donnée illustre parfaitement ce clivage : le taux de chômage des jeunes actifs en 2007 (Eurostat) était de 18% en Espagne, 19,4% en France, 20% en Italie, et 23% en Grèce qui est championne en la matière. Ce chiffre dit tout : ce taux est à 14% au Royaume-Uni, 11% en Allemagne, et 6% aux Pays-Bas, des pays qui ne connaissent pas de mouvement de révolte de ce type. Le fait d'avoir relégué la jeunesse à n'être qu'une soupape du marché du travail a transformé ce qui n'était qu'un "âge de la vie" en classe sociale exploitée par le reste de la société.

Ce « modèle » socio-économique latin s'appuie sur un puissant substrat culturel catholique centré autour de la famille et se traduit par le développement de ce que la sociologue Cécile Van de Velde appelle le « familialisme politique » : soit une protection sociale de la jeunesse particulièrement limitée, qui par défaut est donc assurée par la famille proche... quand elle en a les moyens. Très concrètement, cette politique se manifeste en France par l'exclusion du bénéfice du RMI, et bientôt du RSA, avant l'âge de 25 ans ; de la légalisation du travail quasi-gratuit et sans protection juridique pour les jeunes avec la généralisation de l'utilisation des stagiaires ; ou encore par un système de bourses universitaires peu généreux et qui, surtout, ne bénéficie pas aux classes moyennes.

L'écart de niveau de vie s'est ainsi considérablement creusé suivant la génération à laquelle on appartient. Au point qu'il vaut mieux aujourd'hui avoir entre 50 et 70 ans qu'entre 20 et 35 ans. Des données de l'INSEE permettent de bien illustrer ce propos :

*

Le patrimoine détenu par les jeunes générations est moins important qu'il y a une quinzaine d'années tandis que celui des plus de 50 ans a augmenté. Entre 1992 et 2004, le patrimoine des 60-70 ans est passé de 120 à 140% du patrimoine médian ; celui des moins de 30 ans de 7 à 4%, soit quasiment une division par deux ; celui des 30-40 ans de 85 à 70% .
*

En termes de revenus, en 2004, 15,3% des hommes et 17,8% des femmes de 18 à 24 ans vivaient sous le seuil de pauvreté. En comparaison, comme l'indique le Conseil d'orientation des retraites dans son rapport de novembre 2007, le taux de pauvreté des plus de 65 ans s'échelonne entre 6,7% et 9,1%, soit un niveau deux fois moins élevé.

Pour autant, malgré cette paupérisation rampante des jeunes générations, malgré ce que Bernard Spitz considère comme le grand « hold up » du XXIe, nous ne sommes pas encore confrontés à une guerre ouverte entre générations. Pour la simple raison que les jeunes générations, lorsqu'elles réagissent, ne prennent pas pour cible leurs aînés, mais, suivant l'humeur du temps, le capitalisme, le libéralisme, un projet de loi, un gouvernement ou un homme politique. Il s'agit en réalité de boucs émissaires, un exécutoire hélas improductif — voire contre-productif — à cette colère et à ce désarroi dont les jeunesses de l'Europe du sud ne parviennent pas encore à identifier la cause réelle. Tant qu'il n' y aura pas conscience de cette spoliation intergénérationnelle, on ne pourra pas parler de lutte des âges. Mais ce n'est qu'une question de temps.

Les jeunes manifestants sentent bien en effet, même s'ils n'en ont pas la conscience aigue, qu'ils sont en quelque sorte les sacrifiés de l'avenir et que la vie qui les attend risque d'être une longue lutte pour éviter le déclassement social plutôt qu'une ballade tranquille sur l'autoroute des acquis sociaux. Derrière ce pessimisme, il y a la menace d'une rupture de solidarité entre générations. Quoiqu'on en pense, l'insatisfaction générale d'une classe d'âge ne peut pas être considérée comme un gage de paix social, et il est à espérer qu'elle puisse s'exprimer et se traduire sur un plan politique plutôt que dans la rue.

Avant qu'il ne soit trop tard, travaillons pour que la question de l'équité intergénérationnelle prenne enfin la place qu'elle mérite dans le débat public. L'économiste Mario Monti, ancien commissaire européen, lors d'une conférence prononcée en septembre 1998, avait prophétisé que l'avenir était à la grève générationnelle : «s'il est une grève justifiée, je ne crois pas qu'il s'agisse de la grève générale mais de la grève générationnelle. Celle des jeunes qui vont au-devant d'une probabilité élevée de ne pas trouver de travail, et s'ils en trouvent, de se voir soutirer par l'impôt, pour payer les pensions des générations précédentes, une part plus élevée que celle des classes d'âges qui leur correspondent dans le reste de l'Europe», avait-il dit.

Posons la question de la justice sociale entre les générations au niveau communautaire puisqu'il s'agit de la grande question sociale du XXIe siècle à laquelle l'ensemble des pays de notre Europe vieillissante devra trouver rapidement des solutions. Profitons de l'écho des élections européennes de juin 2009 pour imposer cette thématique au cœur des débats. Canalisons cet élan qui fera peut-être naître un embryon de mouvement de la jeunesse européen qui, s'il est suffisamment puissant et structuré, pourra un jour se faire entendre à travers une grève générationnelle qui s'étende à l'ensemble de l'Europe. Cette Europe qui, ne l'oublions pas, est le dernier et le seul grand projet politique qui puisse encore faire rêver les jeunes générations.

* France anti-jeune, comment la société française exploite sa jeunesse, éditions Max Milo, 2008
>> http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/221208/jeunesse-grecque-jeunesse-francaise-meme-combat

Je me demandais si ce ras-le-bol existait pour chaque génération. Peut-être, je ne connais pas précisément l'historique, mais il me semble qu'il y avait toujours des raisons. Or, à la lecture des chiffres présentés plus haut, la situation est exceptionnelle.

J'élargis la problématique sur le climat "anti-jeune", surement pas majoritaire dans l'opinion, mais bien présent à mon avis. Beaucoup de réactions par rapport au mouvement, par des personnes que j'appelle les "aigris", montrent un certain dédain voire mépris des revendications et actions de la jeunesse. Pour autant, nous restons calmes, sans céder aux provocations. Pour combien de temps ? Cette situation me semble explosive.

La grève générale n'est pas à écarter. Il existe bon nombre de "moins jeunes" qui nous soutiennent et qui se battent à leur niveau, dans les entreprises par exemple. Il existe sans doute deux France, qui seront un jour en affrontement direct. Pas forcément les jeunes et les vieux, mais plutôt les jeunes et leurs alliés contre les aigris.

Je vous laisse réagir !
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Pas glop
Invité



MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 28 Déc - 23:26

Le taux de 19,4% donné concernant le chômage des jeunes de 15/24 ans est très mal interprété par les médias et fait l'affaire de l'opposition.

En fait, ce ne sont pas 19,4 % des jeunes qui sont au chômage en France, mais 19,4 % des jeunes
de 15 à 24 ans qui ne sont pas ou ne sont plus scolarisés et cherchent
un emploi. Et la différence est de taille. En effet - et ce n’est pas
forcément pour s’en réjouir-, les jeunes
Français vont à l’école ou à l’université beaucoup plus longtemps que
dans le reste de l’Europe. C’est cette réalité qui déforme de manière
totalement caricaturale le fameux pourcentage de 19,4 %. Si l’on rapporte
le nombre de jeunes chômeurs - 609
000 - à la totalité de leur classe d’âge - 7 833 709 de 15/24 ans -, on découvre
alors - et c’est plutôt rassurant - que seuls 7,8 % des jeunes Français de 15 à 24 ans sont au chômage, soit... moins que la moyenne européenne (qui est de 8,2%) !
»
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 0:08

Citation :
En fait, ce ne sont pas 19,4 % des jeunes qui sont au chômage en France, mais 19,4 % des jeunes
de 15 à 24 ans qui ne sont pas ou ne sont plus scolarisés et cherchent
un emploi.

Car pour être chômeur (et donc toucher des indemnités) il faut déjà avoir travailler plusieurs trimestres... Oui mais là on joue sur les mots. Ça n'enlève rien au problème des "demandeurs d'emploi".

Du travail pour certains ok, mais du travail précaire et ne correspondant pas (et de moins en moins) à la qualification des jeunes travailleurs. C'est le phénomène de déclassement.

Du travail pour certains ok, mais encore pas pour tous ! Les chiffres du chômage sont falsifiés, de façon à ce que personne ne puisse vraiment savoir combien il y a de chômeurs. Et là, ce n'est pas l'opposition qui tire profit mais la majorité qui manipule ! Vous savez, les différentes catégories de chômeurs, dans lesquels glissent puis disparaissent les "demandeurs d'emploi".

N'oublions pas que le chômage touche particulièrement les moins qualifiés, que les études supérieures (outre les connaissances supplémentaires sur lesquels personne ne peut cracher) sont une garantie supplémentaire contre le chômage (mais pas suffisante).

Enfin, ne pourrait-on pas penser qu'aller "plus longtemps à l'école ou à l'université que dans le reste de l'Europe" est une chance pour une société ? Pour moi oui. Pour les libéraux sans doute pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Vianney
Invité



MessageSujet: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 0:14

Bah je regrette, mais c'est bien au chômage qu'ils sont, d'aprés la définition du mot chomage par le B.I.T Wink

"être sans travail"
"être disponible pour travailler "
"rechercher activement un emploi"

C'est exactement ce qui est dit dans les 1eres lignes de ta citation... Rolling Eyes:

"arrêt des cours" = être sans travail = être disponible à travailler
"cherche un emploi" = rechercher activement un emploi = être disponble à travailler= être sans travail
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 0:20

Justement, en écrivant je pensais au BIT mais comme "on" joue sur les mots, "on" doit pouvoir trouver une autre définition.

Citation :
Selon le bureau International du travail un chômeur est :
- dépourvu d'emploi (même une heure au cours de la semaine de l'enquête) ;
- en âge de travailler (15 ans ou plus) ;
- activement à la recherche d'un emploi rémunéré ;

Le B.I.T. comptabilise également comme chômeur les personnes qui ont trouvé un emploi mais qui débutent plus tard.

Du coup pour avancer on va peut-être se mettre d'accord sur plusieurs points (ah, je sais ça demande de la bonne foi) :

- le chômage est fort et va s'accentuer (pas seulement du fait de la crise, qui a bon dos !)
- les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage

Le topic est mal parti donc autant le recadrer dès maintenant. Sentez-vous qu'il y a une bataille générationnelle sous-jacente ?


Dernière édition par Animateur le Lun 29 Déc - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Vianney
Invité



MessageSujet: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 0:24

Mon message était destiné à Pas Glop Wink
Revenir en haut Aller en bas
Tazon
Tout nouveau
Tout nouveau
avatar

Masculin Nombre de messages : 19
Age : 26
Ville : Esquibien
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 14:55

Je pense surtout que sarko et les médias on habillement réussi à stigmatiser la jeunesse, à la faire passer pour une bonne de fumeurs de shit, violent, analphabète qui ne fait que se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Lun 29 Déc - 15:05

Questions:

1- Être jeune est un handicap face au chômage.

2- On peut dire que près d'un "jeune" (moins de 25 ans) sur cinq est au chômage.

3- Il y a plus de chômeurs "jeunes" (moins de 25 ans) que de chômeurs ayant entre 25 et 49 ans.



Réponses :

1- VRAI En effet, quelle que soit la période prise en compte, le taux de chômage des "jeunes" est plus important que celui des autres groupes pris en compte, il est prévu que pour le troisième trimestre 2008 , 19,7 % des actifs de moins de 25 ans ont été au chômage contre seulement 6,8 % des actifs ayant de 25 à 49 ans et 5,3 % des actifs de plus de 50 ans.

2- FAUX Le taux de chômage est un rapport entre le nombre de chômeurs et la population active ... or un grand nombre de personnes ayant moins de 25 ans est en cours de formation ; de plus on ne peut être actif qu'à partir de 16 ans révolus ... dans ces conditions on peut dire qu'il y a beaucoup moins d'un "jeune sur 5" au chômage en France.

3- FAUX Les moins de 25 ans sont les personnes qui ont entre 16 et 24 ans ( 8 classes d'âge) si bien qu'elles sont beaucoup moins nombreuses que celles qui ont entre 25 et 49 ans (25 classes d'âge, puisque les personnes ayant 25 ans y sont comptées).

Mise à jour du 7décembre 2008

>> http://www.statapprendre.education.fr/insee/chomage/qui/age1.htm

Vous trouverez un tableau sur cette page. Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
taddeus
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 346
Age : 25
Ville : Bordeaux
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 30 Déc - 7:50

Un climat de peur de nos "ennemis" envers nous. Mais la majorité des profs, parents d'élèves, ou autre citoyens... Nous Soutient!
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse ®
Tout nouveau
Tout nouveau


Masculin Nombre de messages : 4
Age : 23
Ville : Auxerre
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 30 Déc - 21:56

Pour ma part je ne n'irai pas jusqu'a dire qu'il y a un mouvement anti-jeune. Si certain pense a mai 68 c'est pas du tout pareil, a l'epoque il n'y avait pas de radio pour les jeunes, pas de télé pour les jeunes. les syndicats lycéen n'existaient pas.
De plus c'est sur Sarkozy n'aime pas les jeunes et les gouvernement non-plus mais a par le CPE il n'y a pas eut d'autre gros mouvement attaques contre les jeunes. Et les jeunes on quand même un influence grace par exemple au CNVL ou autre conseil municipaux et etc... Certe cette influence est limitée car malgrès tout les jeunes ne sont pas hélas toujours responsables.
Voila pour quoi je ne dirai pas qu'on est exploités, mais je ne nie pas pour autant que on est mal considerés.
Revenir en haut Aller en bas
joss56
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 1693
Age : 27
Ville : Pontivy
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 30 Déc - 23:35

"oui ...presence d'une France anti-jeune"

je suppose que c'est du à minorité de la jeunesse...en france

les jeunes ne se sentent pas assez entendu et pensse qu'on ne l'ai apprecie pas...enfin pas à leur juste valeur...la jeunesse est quand même source de croissance (nvl technologie, recherche=> nveaux marché...etc..! )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/inbox/?f=1#/profile.php?id=1385397828&am
taddeus
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 346
Age : 25
Ville : Bordeaux
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mer 31 Déc - 9:43

Je suis quand même un peu sur le cul de voir la France de demain construite par des vieux, qui mourront avant que demain n'arrive...

Il ne faut pas se leurer sur la démocratie lycéenne, c'est une immense mascarade.... Combien d'entre nous connaissent même le nom du président du CNVL? Pas grand monde à part une centaine d'initiés...
Revenir en haut Aller en bas
bulle26
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent


Féminin Nombre de messages : 98
Age : 24
Ville : besancon
Date d'inscription : 16/05/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mer 31 Déc - 14:09

perso je trouve que y a pas tellement de 'climat anti-jeune' (a part ma grand mere ^^ mais elle c'est les reste d'avant 68 qui lui font penser ca)
on est plus exploités que les autres ok (stagiaires sous ou pas payés, chomage, emploi précaires ect)

mais ca se fait avec une apparence de sympathie envers les jeunes non?

(en fait j'ai surtout l'impression qu'on essaye de maitriser la jeunesse en lui proposant plein de pub et de connerie comme ça centrée sur elle.. c'est nous la premiere cible d la société de consommation parce que c'est nous qui serions le plus susceptible de nous révolter contre elle, donc on nous gave d'images de jeunes bien intégrés dans cette société : l'ado plein de fringues toutes neuves et ses parents ringards, le jeune cadre dynamique et prometteur,..)
Revenir en haut Aller en bas
JALA*
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 24
Ville : Le Perreux sur Marne
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mer 31 Déc - 14:24

Tazon a écrit:
... stigmatiser la jeunesse, à la faire passer pour une bonne de fumeurs de shit, violent, analphabète qui ne fait que se plaindre.

C'est vrai qu'on nous prend souvent pour des cons ... Twisted Evil

Même l'autre jour en pleine manif à Paris ( jeudi 18 Décembre ), y'a un mec qui s'engueulait limite avec des lycéens en leur disant :
" Regardez vous, vous n'êtes pas crédibles, pas organisés, vous n'savez même pas pourquoi vous manifester, c'est seulement pour louper des cours (...) "

[ même si il y'en a beaucoup qui le font pour sècher mais bon ... Rolling Eyes ]
Revenir en haut Aller en bas
http://cil-94170.over-blog.com
Lucas_NPA_29
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 444
Age : 25
Ville : quimper
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 4 Jan - 15:44

Je ne pense pas qu'on soit dans u climat anti jeune...au contraire, la jeunesse se fait en plus en plus entendre, elle se bat pour ses droits ! La jeunesse à une grande force de résistance pour ne pas se laisser faire...Certe les jeunes sont souvent méprisés et exploités, mais on se bat pour que ça ne dure pas !!
Revenir en haut Aller en bas
Birdo
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 72
Age : 26
Ville : carentan
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 4 Jan - 17:30

Je suis d'un côté d'ac avec Lucas , il ne faut peut etre pas confondre climat, et politique anti-jeunes!
Quand on regarde du coté de la population, je n'ai pas l'impression de subir de la part des "vieux", une pression contre les gens de ma categorie d'âge.
et Si certains ressentes ce climat, ce n'est peut etre pas car ils( ils = les pontes en general) sont anti-jeunes, mais peut etre parce que dans une logique liberale on se trouve desavantagés!
Après, c'est pas faux qu'on nous prend pour des cons, sa je sui d'accord, mais c'est pas la mm chose nan?
Revenir en haut Aller en bas
new8
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 204
Age : 26
Ville : st louis
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 4 Jan - 17:47

ben perso, j'étais a St Malo cet été et a 10h du soir j'ai demandé a pleins de gens une adresse de resto, pourtant j'étais pas mal habillé ou quoi, mais ya pleins de vieux qui m'ont pas répondu et qui m'ont évité, un truc de fou...
Revenir en haut Aller en bas
Birdo
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 72
Age : 26
Ville : carentan
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 4 Jan - 17:51

Si tu as les cheveux long, je comprend.
Moi aussi, je fait peur aux 3eme et 4eme age Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
new8
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 204
Age : 26
Ville : st louis
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Dim 4 Jan - 18:37

même pas... ^^'
Revenir en haut Aller en bas
19Léa68
De passage
De passage
avatar

Féminin Nombre de messages : 75
Age : 26
Ville : istres
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 6 Jan - 18:42

je ne pense pas non plus a un climat anti-jeune. Le fait est qu'il y a beaucoup moins de jeune et beaucoup moins d'esprit critique de leur part *petite nostalgie a mai 68* grace aux croutons vicieux qu'on a au gouvernement. Les jeunes sont entendus quand ils se bougent (preuve du recul pour le CPE et du recul de Darcos même s'il lui était bien utile).

La seule chose c'est qu'il faut réussir a bouger les fistons des avocats et des chefs d'entreprises et malheureusement ils sont parfois trop influencéspar le climat bourgeois de leur famille pépère. Les gens de droite sont heureux, ils vivent bien et font des profits alors pourquoi protester.. les fils d'ouvriers (si on peut encore dire ça) ne sont plus assez et n'ont plus assez de couilles (pardon ^^) pour balancer les pavés.

En 68 on disait "sous les pavés la plage" maintenant il faudrait plutot dire "sous le béton les pavés"
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 6 Jan - 20:43

Un climat anti-jeune ne signifie pas la majorité de la population contre les jeunes. Ca signifie que des boitiers anti-jeune (qui envoient des ultra sons perceptibles uniquement par les jeunes), peuvent être installées dans des mairies. Des petites anecdotes que nous vivons qui montrent un fossé générationnel qui se forme.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
19Léa68
De passage
De passage
avatar

Féminin Nombre de messages : 75
Age : 26
Ville : istres
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mar 6 Jan - 20:48

ça je peux pas dire le contraire, c'est vrai que les jeunes sont assez mals vu par certains (les ultra sons c'est génial...) mais ne généralisons pas. Le principal est de ne pas donner raison a tous ces bouffons en réagissant mal a certains trucs (par la je n'entend pas protester, mais bruler des poubelles par exemple ^^). C'est clair que certains commerçants, veulent clairement éradiquer les jeunes et que d'autres veulent les tenir en cage mais je ne pense pas qu'il y ait un réel climat anti-jeune général
Revenir en haut Aller en bas
lindien_
Invité



MessageSujet: n'oubliez jamais...!   Mer 7 Jan - 15:11

Hugh! la jeune chambrée...
N'oubliez jamais cette phrase! "La jeunesse est l'avenir du monde"
C'est un "vieux" cinquantenaire qui vous le rappelle Smile
Mais la fougue et la force ne suffisent pas...
La pensée, l'analyse et la mémoire sont les instruments indispensables à son propre avenir.
N'oubliez jamais ce que l'histoire nous enseigne et replongez-vous dans les années '30 , elles vous enseigneront plus que des batailles sans but.
amicalement.
et faites ipernity.com/doc/63884/3314399 par le http:// bien sûr
Revenir en haut Aller en bas
Lucas_NPA_29
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 444
Age : 25
Ville : quimper
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mer 7 Jan - 17:20

Animateur a écrit:
Ca signifie que des boitiers anti-jeune (qui envoient des ultra sons perceptibles uniquement par les jeunes), peuvent être installées dans des mairies. Des petites anecdotes que nous vivons qui montrent un fossé générationnel qui se forme.


Ca existe ça ?!!! C'est légal ??!!!
Revenir en haut Aller en bas
19Léa68
De passage
De passage
avatar

Féminin Nombre de messages : 75
Age : 26
Ville : istres
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   Mer 7 Jan - 17:51

et oui ! t'as jamais entendu des ultra sons ignobles te crever les tympans en passant devant certains magasins ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée   

Revenir en haut Aller en bas
 
France anti-jeune : jeunesse méprisée et exploitée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anti-air frigates (Jacob van Heemskerck class)
» Orthophoniste chez un jeune enfant
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Sos pour Darkboy , jeune berger picard.eutha le 16 08
» Fête du livre jeunesse à Brangues le 5/12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: DÉBATS ET IDÉES-
Sauter vers: