COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 manifs 10 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gd am thrawn
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 272
Age : 25
Ville : cournon d'auvergne (63)
Date d'inscription : 24/05/2008

MessageSujet: manifs 10 juin   Mar 10 Juin - 18:31

voilà, postez ici les résultats des manifs du 10 mai

pour clermont : 2 selon la police, 400-500 selon les manifestants... faites la moyenne Very Happy
plus sérieusement, c'est pas glorieux No
Revenir en haut Aller en bas
mathias
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Masculin Nombre de messages : 155
Age : 25
Ville : romans/isere
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mar 10 Juin - 19:25

mais c'était prevu d'avance y en a marre de cdes manif quand les syndicats comprendrons qu'il faut boycoter le bacs la on sera avancer moi j'en est parler a mon lycée et les prof vont se reunir et en discuter donc faite pareil et faite passer je pense c'est super important
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mar 10 Juin - 19:45

C'est vrai qu'aujourd'hui, tous les facteurs étaient réunis pour un foirage. Déjà seul 3 syndicats de fonctionnaires sur 8. Ensuite peu d'infos sur cette énième date. Enfin, ça intéresse qui de perdre un jour de salaire pour non-événement ?

Je considère encore que les grosses journées de manifs sont nécessaires (tout en étant fervent défenseur de la grève reconductible et illimitée). Ce n'est pas vraiment de la faute de ceux qui appellent à manifester. Ceux qui s'y rendent sont bien courageux et forment la base sur laquelle on peurra toujours compter. Le problème c'est que la répétition de foirages est décourageante. Alors le 17 devra être une grosse journée reconductible immédiatement ou ne doit pas être.

Et côté lycéen, c'est à chacun de faire le choix non vital de s'y rendre ou non (pour faire des rencontres au moins).

Pour info, 800 personnes à Nantes. Quand on connait le potentiel de mobilisation...
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mar 10 Juin - 20:33

4500 selon la police à paris, 10 000 selon syndicats, 5000 selon moi dont quelques dizaines de lycéens
Revenir en haut Aller en bas
simongs
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Masculin Nombre de messages : 161
Age : 26
Ville : La Rochelle
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 7:12

La Rochelle : 5 dont un lycéen (moi) et 4 profs syndiqués FSU.

Mieux vaut ne rien ajouter.

Taux de grévistes dans les collèges (selon la FSU) : 20 % mais je n'y crois pas. Même les profs les plus jusqu'au-boutistes (Sud, Emancipation) sont allés bosser et je les comprends d'ailleurs vu la tournure que ça prend.

Taux de grévistes dans les écoles (selon la même FSU) : entre 4 et 5 % et ça semble déjà plus crédible.

Sinon, la CGT s'est désistée dans la matinée (au niveau local) et Solidaires a, à raison selon moi, préféré sauver l'honneur en ne participant à cette bouffonnerie.

Seule la FSU a eu le culot de faire ce rassemblement en sachant pertinemment qu'on ne serait pas plus nombreux. Si c'est pas tout faire pour décourager les troupes, ça, qu'est ce que c'est ?
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 11:57

C'était une mascarade au niveau national. La question maintenant c'est "que doit il se passer mardi prochain (le 17) ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 12:12

Vu de l'intérieur (d'un lycée qui fut mobilisé) ça donne quoi ? Pourquoi les 10 et 17 sont des échecs ? Qu'est-il prévu pour la suite ? Un mail très utile :

Citation :
Lycée Mozart, Le Blanc Mesnil (93)

Au lycée Mozart, l'heure d'information syndicale de vendredi 6 juin a réuni 15 personnes.

1.- Les journées d'action des 10 et 17 juin n'attireront pas les foules. Personne n'a dit qu'il ferait grève. Ces journées sont pressenties comme inutiles (avis général quoique pas unanime).

2.- Sur les actions sur le bac. Idem

3.- La préparation de la rentrée a été plus débattue. A été réaffirmée la nécessité de refuser les heures sup' discipline par discipline mais aussi, éventuellement, le refus des charges de prof principal.

Le lycée risque de perdre une nouvelle classe l'an prochain (pas assez d'élèves n'obtiendraient leur passage en 1ere S). L'idée de passer une annonce dans Libération et le Figaro a été émise : "Lycée Mozart, Le Blanc Mesnil (93) recherche 4 élèves pour ne pas fermer une classe de 1ere S"

Le blocage de la rentrée est envisagée suivant les décisions de l'été : sur les heures sup' (si un décret venait augmenter le nombre d'heure sup' obligatoire) et sur la réforme des lycées.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 15:23

le 17 ne sera un échec que dans le sens où ce ne sera qu'une journée. L'éducation ne sera pas en pointe mais y'aura du monde.
Revenir en haut Aller en bas
mathias
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Masculin Nombre de messages : 155
Age : 25
Ville : romans/isere
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 16:49

le 17 il n'y aura personne desolé mais j'en suis sure
les gens n'ont plus la force d'aller manif il vaut varié
Revenir en haut Aller en bas
Morgan77
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 451
Age : 26
Ville : Dammarie les lys
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 16:57

on est fatigué :p
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 2944
Age : 96
Ville : Montpellier
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 17:05

mathias a écrit:
le 17 il n'y aura personne desolé mais j'en suis sure
les gens n'ont plus la force d'aller manif il vaut varié

Si les syndicats ont dit qu'ils voulaient un million de personnes dans les rues, crois-moi qu'ils en sont capables. Plus malins qu'on pourrait croire, CGT & compagnie ! Je suis sûr qu'ils "travaillent" d'arrache pied pour promouvoir leur journée de mobilisation, preuve en est, on a la liste des manifestations du 17 juin une semaine à l'avance, sur leur site, alors que pour la manif' de mardi dernier il fallait se contenter des sites locaux Laughing Je reste confiant... mais ça suffira pas, on le sait tous pale
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 18:15

Le 17 je pourrai y aller car je serai en vacances.

Citation :
les gens n'ont plus la force d'aller manif il vaut varié

Si ils n'ont plus la force d'aller manifester ils n'ont plus de force pour quoi que ce soit. Je pense qu'il y aura du monde. Par exemple, dans la mairie de ma ville, sur le tableau d'affichage des syndicats, la CGT et la CFDT avaient mis une affiche spéciale pour le 17.

Seulement ce n'est pas là que ce joue la lutte mais ça peut nous aider (dans un combat global). Les manifs permettent la tenue de réunions !

A+
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Mer 11 Juin - 21:18

Il y'aura énormément de monde le 27.
Mais même si ils sont 5 millions à quoi bon??
Revenir en haut Aller en bas
schmprf
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent


Masculin Nombre de messages : 186
Age : 134
Ville : rezé 44
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Jeu 12 Juin - 16:24

Le 17 tombe pendant le bac ...
Revenir en haut Aller en bas
simongs
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Masculin Nombre de messages : 161
Age : 26
Ville : La Rochelle
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Jeu 12 Juin - 19:54

Citation :
Si les syndicats ont dit qu'ils voulaient un million de personnes dans les rues, crois-moi qu'ils en sont capables.

Quand on est sur le terrain (mes parents son profs), ce n'est pas ce qu'on entend. On entend même plutôt l'inverse. Ma mère est à Sud et elle ne fera pas grève car elle est trop blasée et elle en a marre qu'on se foute de sa gueule à lui faire faire grève un jour puis la renvoyer bosser sans aucun changement le lendemain. D'ailleurs personne ne fera grève dans son collège (qui a pourtant un fort taux de syndiqués) et personne non plus dans celui de mon père. Excusez-moi d'être aussi pessimiste mais dans les collèges rochelais, ni le SNES ni Sud ne relayent l'info de la grève du 17.
Revenir en haut Aller en bas
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Jeu 12 Juin - 19:56

comme je l'ai dit d'autres secteurs que l'EN qui ont moins fait grève cette année seront là. De toute façon comme c'est inter-pro même avec des petites délégations de chaque secteur ça finit par faire du monde. Et si la CGT et la CFDT utilisent tout leur poids pour atteindre l'objectif il y'aura un million de personnes ou presque dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
simongs
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Masculin Nombre de messages : 161
Age : 26
Ville : La Rochelle
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Jeu 12 Juin - 20:56

Mais je ne vois pas l'intérêt de faire sortir un million de CGT/CFDTistes dans la rue. C'est pas ces gens qui feront bouger les choses, c'est pas ces gens qui iront plus loin, qui se mettront en reconductible, qui bloqueront leurs entreprises, qui occuperont le bureau de leurs supérieurs ...
Revenir en haut Aller en bas
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Jeu 12 Juin - 20:59

ah oui on est d'accord la manif du 17 n'a aucun intêret mais c'est le principe des "temps forts"
Revenir en haut Aller en bas
Aurélien
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 27
Ville : Paris
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: manifs 10 juin   Ven 13 Juin - 16:37

Citation :
Le 27 mai au soir, au sortir d’une réunion de l’intersyndicale nationale, on apprenait par voie de presse que « le mouvement contre les suppressions de postes » dans l’Education était suspendu. Un grand nombre de médias se sont empressés de relayer cette information, sans plus de nuances. La suite de la dépêche AFP apprenait pourtant que cette décision était celle, non pas de toute l’intersyndicale, mais du SE-UNSA et du SGEN-CFDT. La FSU, elle aussi citée, a fait paraître le lendemain un communiqué dans lequel elle appelle « à débattre à la fois des suites immédiates de l’action et de la préparation de la rentrée pour imposer la prise en compte de leurs exigences ». La fédération des syndicats SUD Education, partie prenante de l’intersyndicale, n’a jamais appelé à « suspendre le mouvement ».

D’abord, SUD Education considère que ce n’est pas à un syndicat de mettre fin à un mouvement social : les luttes sociales appartiennent à celles et ceux qui les mènent et non à une quelconque bureaucratie syndicale. D’autre part, SUD Education, comme son union interprofessionnelle Solidaires, appelle, au contraire, depuis des semaines à l’extension des mobilisations et les soutient explicitement. Au sein des intersyndicales locales et nationales, nos organisations agissent dans ce sens : autonomie des luttes contrôlées par des assemblées générales de grévistes, convergence des revendications, perspective d’une grève reconductible et interprofessionnelle. Ce n’est pas autrement que SUD Rail, SUD Energie et les autres syndicats de Solidaires des secteurs concernés ont agi cet automne pour la défense du système de retraite par répartition et des régimes spéciaux.

Force est de constater que cette stratégie syndicale n’est pas partagée par les autres organisations avec lesquelles nous tâchons de mener un travail unitaire ; la « suspension du mouvement » dans l’Education n’en est qu’une illustration. On reproche aux syndicats SUD d’être des jusqu’au boutistes, des romantiques de la lutte sociale, voire des « casseurs », de vilains syndicats qui disent toujours « non ». Mais qui rêve et qui est dans le réel ? Est-il réaliste d’attendre du gouvernement actuel qu’il écoute les revendications des salariés quand ils ont fait grève une journée et qu’ils ont manifesté tranquillement de Bastille à Nation, de la place Saint-Pierre à la préfecture ? Est-ce efficace de faire six jours de grève répartis sur dix mois ? Est-ce constructif de se battre secteur par secteur, aujourd’hui l’Education, demain les hôpitaux, hier les cheminots ? Est-ce que ça marche ? Qu’avons-nous gagné cette année pour que des organisations syndicales décrètent qu’on peut « suspendre le mouvement » ?

Ce qui est certain, c’est que de plus en plus de salariés, habituellement grévistes, mobilisés, se sentent floués et en viennent à douter de toute action syndicale. Les stratégies perdantes de certaines organisations syndicales sont en train de vider le mouvement social de ses forces. Les salariés ne font pas grève seulement pour dire qu’ils ne sont pas contents et une manifestation, même si elle peut faire du bien au moral, n’est pas là pour remplacer une thérapie. Grève et manifestation sont des actes politiques et l’on en attend des résultats. Le mouvement syndical est comptable devant les travailleurs et les chômeurs des résultats des actions auxquelles il a appelé. C’est de la responsabilité des syndicats de proposer les moyens de lutte qui soient proportionnés aux fins poursuivies, c’est-à-dire ceux qui permettront d’établir un rapport de force où les revendications des travailleurs et des chômeurs pourront être satisfaites, en tout ou en partie.

Certaines organisations syndicales semblent avoir renoncé par avance à gagner quoi que ce soit sous la présidence Sarkozy. Il s’agirait de limiter la casse, d’arrondir les angles et, pour tout dire, de faire le dos rond en attendant que, dans quatre ans, une majorité plus « conciliante » sortent des urnes. Mais que restera-t-il des acquis sociaux dans quatre ans ? Qu’aurons-nous encore à défendre quand la Sécurité sociale aura été démantelée, quand les services publics auront été bousillés et le droit du travail mis en pièces ? C’est aujourd’hui que des postes sont supprimés par milliers dans l’Education nationale, que des hôpitaux ferment, que les salariés précaires sont licenciés ! Quand le pouvoir politique ne veut rien entendre, il faut crier fort.

Il n’est pas question pour autant de mythifier la grève et de se perdre tous les matins dans l’incantation à la grève générale. Les salariés ont à leur disposition bien d’autres moyens d’action : le boycott, la « grève du zèle », la pétition, l’action spectaculaire, etc. Ces moyens restent efficaces pour atteindre certains objectifs. Ils seront mis en oeuvre, par exemple, dans le refus de l’application des nouveaux programmes du primaire. Il y a ainsi, tous les ans, dans les écoles, les établissements du secondaire, à l’université, des milliers de petites résistances qui constituent l’ordinaire de l’action syndicale. Mais quand on s’attaque à la suppression de 11 200 postes dans l’Education Nationale et que cela fait le coeur de la politique budgétaire du gouvernement, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il plie sous la menace de pétitions. A l’évidence, ce n’est que par une grève durable et qui se situe au minimum au niveau de toute la fonction publique que l’on peut espérer le faire céder. Cela comprend, dans l’Education, la perspective d’une grève pendant la période des examens de juin (examens qui pourraient être tenus plus tard, une fois les revendications satisfaites : il ne s’agit pas de priver les élèves du bac ou du brevet). C’est justement ce dont ne veulent pas entendre parler les syndicats de l’Education qui ont appelé à « la suspension du mouvement », privant ainsi par avance le monde enseignant de son moyen de lutte ultime.

Il n’est pas non plus question de s’enfermer dans l’alternative ruineuse : « pour ou contre les grèves de 24h ? ». Là encore, une grève d’une journée peut être un moyen adéquat à l’instauration d’un rapport de force favorable à la réalisation d’un objectif. Elle peut être un moment nécessaire à la construction d’une grève reconductible. Le problème, c’est que la grève d’une journée soit devenue pour certains organisations une fin en soi. A l’issue de la journée, on se félicite de sa réussite et on repart travailler sans autre perspective que d’en faire une autre un mois plus tard. Pire encore, elle est employée non pas pour mobiliser les salariés mais pour encadrer leurs protestations. A chaque fois, on donne un peu plus de crédit à ceux qui soutiennent que la grève ne sert à rien, qu’elle est ringarde, qu’elle doit être dépassée pour laisser toute sa place à la « concertation » et au « dialogue ». Et de fil en aiguille, voilà qu’on limite cette « inutile liberté » comme l’instauration d’un service minimum dans les transports et dans les écoles est en train de le faire.

Quand SUD Education et l’Union syndicale Solidaires appellent à la grève, c’est bien parce que nous la concevons comme un moyen au service des luttes en cours et avec l’objectif que ces luttes aboutissent. C’est parce que nous ne cédons rien sur les fins que nous considérons que le monde du travail doit employer tous les moyens légitimes à sa disposition. Nous ne croyons pas que sous l’ère Sarkozy, il n’y aurait qu’à patienter. Nous ne croyons pas que la destruction du système de retraite par répartition, de la durée légale du travail, des statuts de la fonction publique et des services publics soient « le sens de l’histoire ». Parce que nous savons que les droits des citoyens et des travailleurs n’ont été acquis que par la lutte, nous pensons qu’ils ne peuvent être conservés et étendus que par la lutte.

SUD Education Calvados
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: manifs 10 juin   

Revenir en haut Aller en bas
 
manifs 10 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» exposition Beckett à Beaubourg jusqu'au 25 juin
» quoi faire fin mai et juin
» Contre le decret du 3 Juin 2010 Condamnant les défendeurs de la cause "Animale"
» Norvège - croisière au nord - juin 2011
» 24 Juin 1204 - 24 Juin 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: MOUVEMENTS NATIONAUX :: LUTTES LYCÉENNES :: POINT MOBILISATION-
Sauter vers: