COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez
 

 Vos témoignages sur la répression policière

Aller en bas 
AuteurMessage
Animateur
Administrateur
Administrateur
Animateur

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 28
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 20 Mai - 8:27

Rappel du premier message :

J'ai trouvé cet article sur un des site de Libération. J'en profite pour ouvrir ce sujet et vous permettre de vous exprimer sur la répression policière du mouvement lycéen chez vous :

Citation :
Lycéens sanctionnés : vos témoignages

L’administration et les proviseurs ont été en première ligne pour dissuader les lycéens de manifester contre la loi Darcos. Interventions policières, exclusions temporaires, menaces de sanctions… Le Contre-journal a réuni des premiers témoignages publiés dans Libération. Une suite est prévue: apportez vos témoignages.

Idriss (lycéen, Aubervilliers). «Je suis allé aux manifestations et mes absences ont été comptabilisées et utilisées pour m’obliger à revenir en cours. Je n’avais jamais eu d’avertissement pour absence avant, mais le lycée m’a directement envoyé un troisième avertissement, pour cause de "manquement très grave à la fréquentation scolaire". Enfin, le lycée m’a menacé de supprimer mes allocations familiales si je ne retournais pas en cours. Les termes de la lettre que j’ai reçue sont clairs : "Je me permets de vous rappeler avec insistance que la scolarité est obligatoire et que la non-observation du règlement me contraint d’en informer l’inspecteur d’Académie qui saisira le procureur de la République et le directeur de la Caisse des Allocations familiales". J’ai dû retourner en cours».

Cédric (membre de la Coordination de Soutien Citoyenne). «La répression des manifestations lycéennes est montée d’un cran cette année. Les matraquages se sont multipliés, comme le 29 avril à Poitiers. La FCPE a demandé par courrier l’arrêt de l’intervention systématique des forces de l’ordre à l’intérieur des établissements. L’histoire de Jean-Baptiste Boudet illustre le climat tendu qui pèse sur les lycéens. Élève de première à Victor-Hugo (Poitiers) engagé contre la réforme Darcos, il a lancé un appel au blocage de son établissement sur des forums pour aller à la manifestation nationale du 3 avril. Les renseignements généraux ont repéré le message et averti la proviseure. En dépit de toute réglementation, elle a choisi d’exclure Jean-Baptiste de l’établissement pour trois jours, sans motif. Elle lui a fait ensuite comprendre verbalement qu’elle l’aiderait à changer de lycée et qu’un conseil de discipline l’attendait. Chose étrange : alors qu’il était exclu, il a reçu des heures de colle. La proviseure a quand même expliqué à ses parents qu’il était absolument impossible que leur fils revienne dans l’établissement. Avec la mobilisation d’un comité de soutien, la proviseure a finalement reculé et il a été réintégré sans conseil de discipline.»

Sarah, en première au lycée Emile-Dubois (Paris XIVe). «Nous subissons sans arrêt des pressions pour nous empêcher de manifester. L’administration est allée jusqu’à appeler certains parents pour leur expliquer que cela n’aiderait pas leurs enfants d’aller manifester. A Emile-Dubois, toute réunion a été interdite. Mardi, nous avons donc commencé le blocage très tôt devant le lycée. Le proviseur m’a repérée comme "leader" du mouvement et menacée haut et fort d’un conseil de discipline musclé, d’une plainte contre moi, et de me rayer des listes du bac de français ! Il a bien sûr appelé mes parents pour leur expliquer tout cela.»

Un parent (Gennevilliers). «Une trentaine d’élèves de première scientifique ont été privés d’un voyage en Auvergne organisé par l’établissement à la suite d’une semaine de grève et d’absences perlées d’élèves. La leçon vaut pour les absents aux cours comme pour les présents. Parmi les élèves d’autres classes qui sont du voyage, certains décident alors de ne pas partir. Bien entendu la question du remboursement aux familles s’est immédiatement posée. Que le car soit plein ou vide, les frais sont identiques. Un conseil d’établissement a décidé d’un remboursement partiel. À leur tour, les parents des enfants exclus de la sortie sont sanctionnés financièrement. Je me demande encore comment des pédagogues peuvent prendre des décisions aussi injustes et polémiques.»

Réalisé par CAMILLE STROMBONI


>> http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2008/05/lycens-sanction.html

A vous de parler ! Gardez l'anonymat !
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/

AuteurMessage
Tryggles
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
Tryggles

Masculin Nombre de messages : 153
Age : 26
Ville : Poitiers
Date d'inscription : 18/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeLun 26 Mai - 20:53

.


Dernière édition par Tryggles le Ven 30 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tipiou
De passage
De passage
tipiou

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 27
Ville : toulouse
Date d'inscription : 22/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mai - 17:40

dans mon lycée de se côté la on a de la chance!! on eu que 2 fois les 2gendarmes qui sont venu pour voir si y avait pas de probleme (une fois il y a longtemps et une fois se matin) bref! sur tous se qu'il y a eu s'est vrément peu!! (heureusement! lol)
Revenir en haut Aller en bas
Tryggles
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
Tryggles

Masculin Nombre de messages : 153
Age : 26
Ville : Poitiers
Date d'inscription : 18/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mai - 17:41

.


Dernière édition par Tryggles le Ven 30 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tipiou
De passage
De passage
tipiou

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 27
Ville : toulouse
Date d'inscription : 22/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mai - 17:46

n'en nous les organisateur se pointe vers les 5h du mat ^^ du coup sa fait qu'il y a même pas l'administration d'arrivé! mais nous savas on plustôt bien soutenu! quand y a des blocus (et qu'il pleu pas lol) les profs viennent dehors pour "bloqué" lol surtout pour prendre la café en faite ^^ mais chut! :p et coté administration ils nous soutiennes assez quand même vu qu'un fois il voulait bloqué le bac blanc de français et l'administrtion à dit non, du coup ils avait pensé à fair entré que les premières! c'est se qui aurait du se passé mais les parents d'éléves n'étant pas au courant, ils étaient venu cassé le blocus -_-"
Revenir en haut Aller en bas
Tryggles
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
Tryggles

Masculin Nombre de messages : 153
Age : 26
Ville : Poitiers
Date d'inscription : 18/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mai - 17:52

.


Dernière édition par Tryggles le Ven 30 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tipiou
De passage
De passage
tipiou

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 27
Ville : toulouse
Date d'inscription : 22/05/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mai - 17:55

ouaip mais c'est pas suffisant!!! lol faut ce coucher plutôt le soir et ps regardé la nouvelle stars!! MDR (le truc trop en raport ^^)
Revenir en haut Aller en bas
çoa
Tout nouveau
Tout nouveau


Masculin Nombre de messages : 11
Age : 30
Ville : Montmorillon
Date d'inscription : 27/03/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeSam 7 Juin - 12:00

Oui, mais à condition de bien coordonner les liens!


Dernière édition par çoa le Lun 2 Fév - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeSam 7 Juin - 12:29

chavez est passé devant le tribunal il est mis en exament en 2009 pour le moment pas assez d'element le juge attends de complementer le dossier donc ça veut dire d une part que le dossier est imcomplet et pas assez de preuve a charge donc pourquoi a il ete mis en examen d autre part c est comme si il avait un an de mise a l epreuve puisqu il doit se tenir a caro un an voila comment ecarter les militants efficacement de la lutte
Revenir en haut Aller en bas
Chavez
De passage
De passage
Chavez

Masculin Nombre de messages : 75
Age : 28
Ville : Poitiers
Date d'inscription : 17/02/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 24 Juin - 11:01

Témoignage
d'une garde a vue




Il
est à peu prés 18h30, nous venons du rectorat de
Poitiers où nous avons été gazés par 3
jets de grenades lacrymogènes et des bombes à gel
lacrymo. Des barricades/barrages sont montés place d'arme, je
regarde cela d'un œil de militant. Nous nous réunissons en
réunion de coordination vers 18h au centre de la place d'arme,
devant la mairie lorsque quelqu'un nous avertie que les CRS sont là
et qu'ils encerclent la place. Je cours vers une barricade a côté
de la mie câline, suivant le mot d'ordre et la foule. Les
forces de l'ordre ne sont pas loin et très vite elles sont sur
les barricades qu'elles fracassent à grand bruit, grand
fracas, je prends peur et cours me réfugier dans un
container-poubelle dans le chantier a côté pendant que
mes camarades courent pour fuir un matraquage en règle. Après
quelques minutes, je lève la tête de mon container où
j’étais caché, en boule dans un coin. Les CRS sont
partis? Je ne les vois plus en tout cas, je décide donc de
sortir de cet endroit mais je suis vu et arrêté par les
CRS; deux courent vers moi qui ai les bras en l'air et qui leur dit
que je suis pacifiste. Ils le font avec force mais ne sont pas
violent avec moi; ils me passent les menottes. Je suis confiant, je
n'ai pas de chef d'accusation contre moi, je me suis simplement
planqué pour échapper au matraquage qui en fait n'a pas
eu lieu. Des policiers -des RG- me prennent en main. Je reste
quelques minutes sur le lieu de l'arrestation, les forces de l’ordre
sont stressées et m'évacuent vers le commissariat
rapidement.


Arrivé
au commissariat, je suis démis de mes biens personnels (ce qui
est dans la procédure) et mis en cellule en attendant.
Quelques minutes après une autre personne arrive, elle aurait
jeté une canette en direction de la police. Soudain, on entend
des cris dehors « libérez nos camarades... »
Je suis sous le coup de l'émotion.


Un
autre manifestant arrive dans la cellule, je le reconnais il est du
lycée du bois d'amour. Le temps passe et on me demande si je
veux voir médecin et avocat, je réponds que pour le
médecin je ne pense pas en avoir besoin pour le moment mais
que pour l'avocat il fallait voir avec mes parents.


Le
temps passe, l'avocat arrive, les manifestants sont partis, on me
fait passer un alcotest qui est négatif, je suis a 00,00 g/l
d'alcool dans le sang. J'ai le droit de voir mon avocat, [...], je
m'entretiens avec elle un moment, je lui pose des questions sur la
suite des événements et elle me rassure, me donne mes
droits lors du PV que je vais faire.


Le
temps passe, on attend de voir l'OPJ qui va prendre le PV. L'OPJ me
met la pression, me rappelle que j'étais là à
toutes les manifestations et que j'ai crié des slogans du
genre « police de Vichy »... ce qui n'est en
soi pas illégal...


La
pression continue, il est dit que j'étais sur une fourgonnette
en train de jeter des canettes -CE QUI EST STRICTEMENT FAUX ET
INVRAISEMBLABLE PUISQUE JE FUYAIS ET QUE JE M'ÉTAIS CACHÉ
DANS LE CONTAINER-, je nie donc ces faits et il me demande ce que
j'ai fait dans la journée, plus précisément à
la manif et surtout au rectorat, je lui répond que je soignais
des gens de leurs blessures liées aux lacrymos.


A
la suite de cet entretien, je retourne dans la cellule où
j'étais précédemment, on me donne a manger.


Vers
0h30-1h ils nous emmenent dans les cellules en bas, dans les cellules
de garde à vue, il fait froid, je suis fatigué, sale,
en tee-shirt. La ventilation fait un bruit stressant et m'empêche
provisoirement de dormir ainsi que la lumière. La couverture
sent très fortement l'urine, c'est très désagréable
mais j'ai froid et je me couche sur le matelas, la couverture sur
moi; je m’endors.


A
4h30 su matin les policiers viennent dans la cellule amener une autre
personne qui a braqué une voiture. Je me rendors.


A
7h30, on me demande si je veux manger, je réponds que oui et
on m'apporte des gâteaux secs et une brique de jus d'orange que
je garde sur moi et me rendors.


Vers
9h30, on me demande de sortir, je suis mené vers un autre OPJ
qui me sort un PV vieux d'il y a 2 semaines , du 6 Mai 2008 où
je suis monté sur le capot d'une voiture qui me fonçait
dessus et qui a blessé sans gravité deux amies à
moi, où je suis impliqué pour n'avoir fait que me
protéger, le PV de l'automobiliste est douteux mais je suis
crevé et la pression continue, c'est dur très dur mais
je ne dois pas craquer, je ne cède pas. Je retourne dans ma
cellule, en passant par la « salle centrale »
j’aperçois S, je n'ai pas d'informations.


Dans
ma cellule où je suis raccompagné, je dors.


Vers
10h30 je suis une fois encore réveillé et mené
dans le bureau de l'OPJ qui me pose des questions sur l'occupation de
la gare, me montre des photos où on me force a reconnaître
des gens, je ne me sens pas de refuser, je suis crevé, la
pression est efficace mais je ne craque pas, je « dénonce »
deux camarades, que je connais, S et [Asfrat], je suis à côté d'eux, en train de
dicuter avec eux, il y a deux photos où l'on m'identifie et on
me demande si c'est bien moi – on se moque de moi ou quoi? -


Je
réponds que oui il s’agit bien de moi; ensuite il me demande
si je reconnaîs d'autres personnes, je réponds que oui
sans plus de précisions sur 2 personnes qui sont dans mon
établissement scolaire, je donne juste des pseudos. On me
demande comment j'ai connu S et Cédric, pour S je
réponds que je l'ai connu lors du mouvement contre la LRU et
Cédric car il fait partie d'un collectif où je suis
également membre, le collectif des jeunes antilibéraux
..., il me demande en quoi consiste ce collectif, je lui réponds
que nous discutons et que nous débattons.


Il
me ramène dans la salle centrale, je rentre dans la cellule de
cette salle, S s'entretient avec son avocate, dans la cellule il y
a une autre personne, je n'ai pas d'autres précisions sur
elle. Des manifestants sont devant le commissariat, je les vois par
la fenêtre.


Je
suis raccompagné dans ma cellule, en bas. Je me rendors
difficilement, tourmenté par des questions sur la suite des
événements. On ne tarde pas à me demander si je
veux manger, il est 12h30. Je choisis le « bœuf
carottes ». Je demande quand est-ce que je verrai le
procureur et quand je sortirai, quand je verrai mes parents. Le
policier me répond qu'il n'en sait rien, que ce n'est même
pas sûr que je les verrai ce soir.


Vers
14h30, on me mène dans la salle centrale où les
interpellés de la manif sont là, il y a S, Romain et
Clément. Je demande à S comment il est arrivé
là et il me raconte. On rigole, les nerfs se relâchent.
On récupère nos affaires, il me manque ma bague, je n'y
ai pas fait attention, j'ai signé la récupération
de mes affaires et la fin de ma garde a vue. On me menotte à
Romain et nous sortons accompagnés de RG et de l'OPJ, je suis
mis dans une voiture avec Romain, l'OPJ ainsi que deux autres RG.


L'OPJ
est stressé, nous attendons environ 10 minutes dans la voiture
et nous partons, la voiture où sont S et Clément est
devant nous. Arrivé a la préfecture ou une solide
escorte nous attend, un fourgon plein de policiers, une fourgonnette
« jumpy » et une voiture « régulière »,
on fonce vers le palais de justice mais à mon grand
étonnement, on passe par derrière, à côté
du magasin « news cuir » on me fait courir,
l'OPJ est stressé, je ne comprends pas pourquoi. On me
démenotte de romain et me remenotte individuellement sur ordre
de l'OPJ et ils se rendent compte que cela ne sert a rien et me
démenottent immédiatement. Nous ne passons pas par la
salle des pas perdus, il y a une manif devant le palais, une
délégation est entrée, nous contournons la salle
des pas perdus. Dans le couloir où il y a le bureau du
procureur, se tiennent nos parents, en passant, je serre la main de
ma mère, l'OPJ la dégage, je suis assis à
l'écart d'eux. Les parents sont menés ailleurs, Romain
s'entretient à côté de moi avec son avocat mais
dès qu'il s’agit d'argent, il refuse l'avocat. Les policiers
discutent entre eux, les parents reviennent, on attend le procureur.
Je peux enfin parler avec mes parents, les rassurer. Romain vient de
passer en comparution immédiate, il prend 6 mois avec sursis
et 140h de TIJ.


Nous
passons à la suite dans le bureau du vice-procureur, je passe
le dernier, il m'énonce les faits, faits que je nie, il me
donne mes convocations, une le 5 juin pour une enquête des
services sociaux et une autre pour le 6 juin, pour une comparution
devant le tribunal pour enfant.


Je
sors, presque les larmes aux yeux de voir que des gens m'attendent
encore, il y a les camarades, deux élus [Mr Coronas et Mr Aimé
de la mairie de Poitiers]. Je discute et raconte, je rentre ensuite
chez moi où je peux enfin me laver et aller aux toilettes sans
demander l'autorisation et attendre 15 min en tapant sur une vitre.





Chavez. Écrit le 17/05/08 et 18/05/08.

[il s'agit d'une version internet, certains noms ont étés enlevés]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.crac-poitiers.dyndns.org/
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
Raphaël

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 28
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitimeMar 24 Juin - 16:59

C'est vraiment des enfoirés.. Y ont rien à faire ces flics ? ....RESISTANCE face à l'oppresseur !
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Contenu sponsorisé




Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Vos témoignages sur la répression policière   Vos témoignages sur la répression policière - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Vos témoignages sur la répression policière
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pression de l'avortement.
» un article sur l'acquisition de la propreté de l'enfant (hors hni) et de la pression qu'on lui met.
» Appel à témoignages pour ceux qui ont déjà travaillé en BU
» témoignages itti bitti, besoin de vous!
» Les Soirées de la reconstruction.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: MOUVEMENTS NATIONAUX :: ACTIONS & PROJETS :: COM. RÉPRESSIONS-
Sauter vers: