COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Destruction du code du travail URGENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Destruction du code du travail URGENT   Mer 27 Fév - 17:25

Aujourd'hui vu le nombre de réformes proposées par le gouvernement et notre avenir en tant que futur travailleur,il est normal de nous interresser au monde du travail et en particulier à ce qui le régit en partie,en l'occurence le code du travail.(ensemble des règles qui régissent les rapports entre syndicats,patrons,les droits des salariés,devoirs de l'employeur ect...).

Vous le savez peut-être actuellement se déroulent dans les entrailles du gouvernement en cachette 5 "recodifications" du code du travail qui visent à simplifier ce dernier.D'ailleurs par ces recodifications il comporte 10% de caractères en moins.

La première "recodification" concèrne le temps de travail:il y a encore peu de temps chaque travailleur ne pouvait pas travailler plus de 48 heures/semaine et au minimum 35heures/semaine,afin de répondre aux besoins collectifs,éviter certains abus de la part de l'employeur.Dorénavant par décret le gouvernement a mis en place un sytème "opout" dispositif britannique permettant "le libre choix individuel" de travailler au delà de la durée maximal.On sait ce qu'il en est de la liberté du salarié face au patron...

La seconde "recodification" est un véritable retour en arrière auparavant chaque salarié était égaux devant le code du travail:nous avions les mêmes droits ect... dorénavant le code éclate en "petits codes" spécifiques à chaque profession,cela veut dire droits spécifiques ect...donc inégalités sociales puisque les 16 millions de salariés du privé n'avanceront plus ensemble mais seront littéralement divisés donc il n'y aura plus d'union populaire comme nous avons pu le voir au moment du CPE en 2006.

Le troisième "recodification" touche les conditions de travail.Jusqu'à aujourd'hui l'employeur ne pouvait pas s'éxonerer des résonsabilités qu'il avait à l'égard de ses salarés en matière d'hygiène,de sécurités au travail ect...Tout ça vole en éclat:En effet les salariés sont considérés comme des "colaborateurs" et ont d'avantage de "résponsabilités" vis à vis du patron.Ainsi par exemple lorque le patron verra un de ses salariés bléssé,il pourra dire:" il fallait écouter mes instructions.."ainsi il ne paiera rien,tout sera à la charge du salarié sachant que cela aura une base juridique!.En définitive cela donne moins de résponsabilités aux employeurs.

La quatriéme "recodification" concerne en partie le droit pénale du travail (la justice).Aujourd'hui elle est garanti par l'inspection du travail et les prud'hommes,Demain leurs fonctionnements,leus objectifs seront "simplifiés",d'ailleurs 63 conseils des prud'hommes seront supprimmés.Autant dire que cela incarne bien la volonté du Medef de contourner le respect des salariés au nom de leurs intérêts.

La cinquième "recodification" est le scandaleux déclassement de lois en décrets.En effet cette réforme du code du travail va être imposé en bloc (500 lois doivent être supprimés)
sans débat à l'assemblée,sans assurance médiatique.Ainsi on ignore tout de ce qui se passe.Imaginez ce qui ce serait passé si le CPE n'avait pas été débattu à l'assemblée et au sénat;on serait la génération précarité à vie!

En définitive c'est moins d'ordre sociale imposé,moins d'inspection du travail,moins de juges des prud'hommes,moins de droit pénal du travail,moins de droit syndicale.Par conséquent cela revient à dire que les salariés bénéficieront moins de droits et de libertés,on voit en effet le retour en force du patron dominant et du salarié "petite merde" ce qui est bien malheureux,on retourne en arrière...


Qu'en pensez vous? également je souhaite vous poser une autre question:
Allons nous accepter ça,ce retour en arrière,ce dénie de démocratie,cette décadence sociale qui est de trop?Parce que demain c'est nous qui arriverons sur le marché du travail et Demain n'est pas si loin pensez-y...


Dernière édition par Vincent91 le Mer 27 Fév - 19:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Mer 27 Fév - 18:26

Si on laisse faire, on va retrouver le même type de société du travail que les EUA et les pays en développement. Indispensable de se mobiliser, de lutter, pour éviter ce retour. Certes la société française n'est plus celle des "bonnes" années entre 50 & 70, mais il y a autour de nus des exemples où ça marche mieux (Suède, Finlande...)
C'est notre avenir qui est en jeu!!!!!!!!!! Voulons-nous une société du précaire ou une société ou l'Homme a une vraie place ? Une société basée sur le fric ou sur l'épanouissement des citoyens ? Marquée par des valeurs trop à droite, ou bien par les valeurs de la gauche ?
NOUS SOMMES LE PEUPLE, ET LE PEUPLE NE DOIT PAS DORMIR!
Revenir en haut Aller en bas
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Mer 27 Fév - 18:30

Ah j'oubliais cette série de "recodification" sera appliquée à partir du 1er mai 2008 un peu ironique non?...
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 1 Mar - 19:50

Au niveau de la 5ème recodification, les 500 lois qui vont être supprimés sont des

lois qui dates d'il y a très longtemps !! AUjourd'hui elles ne servent plus a rien il est

donc normal de les supprimer.
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Tõtõ
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 493
Age : 27
Ville : Nantes
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 1 Mar - 21:44

Tu as des sources ? Smile

Sinon, je vois pas ce qu'on pouvait attendre d'autre de ce gouvernement ...
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 1 Mar - 21:54

baaa j'avais vu ça au infos mdr
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 1 Mar - 22:57

C'est un peu difficile de les trouver chez les grands médias dans la mesure ou ça se fait sans couverture médiatique.Et je rappelle que c'est aussi scandaleux que le CPE...sauf que là,cela ne se dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
Visiteur habitué
Visiteur habitué
avatar

Masculin Nombre de messages : 493
Age : 27
Ville : Nantes
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 11:20

http://www.local.attac.org/attac06/spip.php?article226

un truc comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 12:33

Perso la première fois que je l'ai vu c'était dans le monde diplomatique.
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 15:17

Tõtõ a écrit:
http://www.local.attac.org/attac06/spip.php?article226

un truc comme ça ?

Ah ouai okay :S j'ai tout lu et on apprend beaucoup de choses..
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 15:19

Faut vraiment que vous lisiez ça !! Même si c'est long.


La destruction du code du Travail

Publié le 14 décembre 2007, mise à jour le 11 décembre 2007
par F.

Une interview de Gerard Filoche, inspecteur du travail et membre du Conseil National du Parti Socialiste. par Pascale Fourier sur la modification du code du travail : Un siècle et demi d’histoire, fait de sueur et de larmes, de chair et de sang, part en fumée...Ce qui s’amorce : la remise en cause du SMIC, des 35 heures, du droit de gréve, des indemnités de licenciements, des exigences en matière d’hygiène et de sécurité...

Pascale Fourier :Et notre invité aujourd’hui sera Gérard Filoche, inspecteur du travail et membre du Conseil National du Parti Socialiste.
Tout récemment, j’ai reçu un e-mail de vous comme beaucoup de journalistes, email qui nous avertissait que le Code du travail a été remodelé dans son ensemble et allait être adopté à l’Assemblée Nationale les 27 novembre et 4 décembre. Je n’ai pas entendu énormément de gens en parler dans les médias, alors je voudrais comprendre ce qui se passe. Mais tout d’abord avant de parler du Code du travail remodelé, j’aimerais bien savoir comment a été adopté le Code du travail qui est actuellement en vigueur. C’est l’Assemblée Nationale qui a décidée article par article de quoi il en retournait ?
Gérard Filoche :
Oui, pour l’essentiel ce sont des lois, qui incarnent l’état de droit dans les entreprises. Ça n’a pas été bâti du jour au lendemain : il a fallu 130 ans pour y arriver. Ça a commencé après leur rapport du Dr Villermé vers 1848 sur le travail des enfants et des femmes qui travaillaient jusqu’à 14 heures par jour, de jour et de nuit, et à l’époque il a été envisagé de pouvoir baisser leur durée du travail, au lieu de les faire travailler plus.
Et donc on est passé de 14 heures vers 12 heures par jour, puis l’horizon a été la journée de 10 heures, et puis les salariés ont revendiqué même les 3X8, la journée de huit heures, avec huit heures de travail, huit heures de loisirs, huit heures de repos.
Et on peut dire qu’en 1910 il y avait à peu près trois lois fondamentales sur la durée du travail et 80 décrets quand l’inspection du travail a été mise en place - elle l’a été en 1892,.
Le ministère du Travail a été créé en 1906,et puis ensuite le Code s’est peu à peu enrichi, évidemment après les grèves de 1920, celle de mai-juin 1936, et puis beaucoup à la Libération en 1945 avec le programme du Conseil National de la Résistance, encore après 68, énormément encore en 1981-1982 quand la Gauche est arrivée au pouvoir, et puis à nouveau avec Lionel Jospin en 1997.
C’est un siècle et demi d’histoire, c’est fait de sueur et des larmes, de chair et de sang, parce que chaque phrase est le produit de grèves, de souffrances, de combats, d’avancées, d’échecs, de reculs.
C’est probablement un texte auquel personne ne devrait toucher, tellement il est sensible. Il est bâti à partir des luttes dans des métiers, dans des secteurs, dans des branches, à des époques données. Chaque petit mot, chaque petite virgule exprime un rapport de forces sociales bien particulier, et c’est l’histoire des combats sociaux de notre pays, depuis la commune de Paris au Front populaire, à mai 68, jusqu’à nos jours, en passant par novembre décembre 95 - et y compris le grand mouvement contre le CPE de 2006.
C’est un texte essentiel. Certains disent qu’il est obsolète... Ce n’est pas vrai puisque c’est un texte vivant. C’est un droit intime pour 16 millions de salariés du privé. C’est un droit quotidien, même pour ceux qui ne le connaissent pas, parce qu’ils déterminent leur vie. C’est un droit peu enseigné, c’est même le moins enseigné de tous les droits... On envoie maintenant des apprentis, - et c’est Villepin qu’il l’a fait -, à partir de 14 ans travailler dans les entreprises ou en alternance sans qu’ils aient la moindre notion de droit.
On les fait même à nouveau travailler à partir de 15 ans de nuit et du dimanche, comme une régression vers le XIXe siècle, sans qu’ils soient informés.
C’est un droit peu enseigné, c’est un droit très contesté. Le patronat en a fait sa cible.
Mme Parisot, - vous savez celle qui a des millions de liquides en euros à distribuer dans des caisses noires anti-grèves - , eh bien elle dit : « La liberté de pensée s’arrête là où commence le code du travail ».
Si vous voulez c’est comme si cette femme voulait en revenir à Cro-Magnon., je veux dire par là « avant le Dr Villermé ». Elle voudrait abroger tout ça.
Elle pense qu’il ne faut plus d’état de droit dans l’entreprise, qu’il ne faut plus de durée légale du travail, qu’il ne faut plus de droit du licenciement, qu’il ne faut plus de contrepartie à la subordination que subissent les salariés, et qu’il faut diminuer les droits en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail. Tout ça elle voudrait l’annuler. D’ailleurs, elle a dit : « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ? »...c’est tout dire , c’est une certaine apologie de la barbarie, une négation de la possibilité pour la République d’imposer son état de droit sur le marché.
Alors donc c’est un texte très contesté le code du travail, et c’est aussi le plus fraudé. C’est un sport pour quelques centaines de milliers de patrons, qui au lieu de respecter la loi et leurs salariés, cherchent à en tirer le maximum.
Pascale Fourier : Et là, cette refonte elle est dans les tuyaux depuis 2005 ? Ça s’est passé comment ? Parce qu’on n’en a pas entendu parler...
Gérard Filoche : Oui, ça me choque. Je vous remercie de m’inviter, comme les différentes radios qui peuvent m’inviter, ou petits journaux, ou ceux qui sur Internet prêtent attention à ce que je développe à ce sujet. Je ne comprends pas que depuis 2005 on change en profondeur ce Code du travail, dans l’indifférence médiatique générale, dans un silence assourdissant.
Je vais vous expliquer ce qui s’est passé. :
Le 16 février 2005, le ministre Larcher, ministre du Travail à l’époque a mis en place une commission de réécriture composées de cinq technocrates. Je trouve que c’est déjà insultant de croire que cinq personnes peuvent réécrire 130 ans d’histoire. J’ai le plus grand mépris pour chacun de ceux qui se sont prêtés à cette opération. Je trouve que c’est un scandale d’oser faire ça, d’accepter une mission aussi sale. Et je le dis avec violence, tellement je suis indigné qu’on touche à de la chair, du sang, des larmes de la sueur, secrètement, en catimini, sous prétexte de simplifier ou de moderniser le code du travail !
Et ils vont dire : « C’est parce qu’il est trop compliqué ». Enfin, c’étaient les mêmes qui nous avaient présentés le Traité constitutionnel au vote, et ils ne le trouvaient pas trop compliqué !
Ils ont dit : « C’est pour le simplifier ». Savez-vous qu’à l’arrivée, il y a le double d’articles qu’au début !
Pour vous dire s’ils se moquent du monde... Au début il y avait environ 200 / 250 subdivisions, maintenant il y en a plus de 1500.
Ils ont en fait compliqué, parce que ce qu’ils voulaient c’était enlever des droitse et le préparer à une déstructuration, pour l’aligner sur ce qu’il y a de plus bas dans le droit du Travail européen.
L’un des cinq rédacteurs, co-rédacteur , (je ne sais pas comment les appelés... , enfin les gens serviles qui ont pris la plume pour annuler l’histoire du mouvement social de France) a dit : « Il faudra des mois, voire des années, pour que le nouveau Code révèlent tous ses secrets.
Cette phrase est extraordinaire ! Ça veut donc dire qu’ils ont, excusez moi je vais être un peu grossier, ils ont entubé les travailleurs, ils les ont manipulés ! Ils ne vont pas se rendre compte tout de suite de tous les petits vices, de toutes les petites perversités, de tous les petits droits qu’ils ont dégagés, enlevés, modifiés, préparés, manipulés pour les années à venir !!
Alors vous me direz, mais quand même, ça ne s’est pas passé sans qu’il y ait contrôle démocratique. Eh bien si !
Parce que il y a eu des ordonnances, qui ont autorisé le gouvernement à faire cela. Alors il a été précisé que ce serait « à droit constant ». Quand on regarde le résultat, on ne peut que se dire que c’est un droit plus qu’allégé.
Les ordonnances prévoyaient d’ailleurs que ce travail-là devait être bouclé avant le 30 septembre 2006. Et à l’époque, Dominique de Villepin, avait l’intention de proclamer le nouveau code. Il avait l’intention de le faire vers mai-juin 2006. Il lui est arrivé à ce moment-là un accident de parcours épuisant et éprouvant pour lui, définitif je crois d’ailleurs, c’est le CPE. Il y a eu des millions et des millions et des millions de salariés et de jeunes contre lui et du coup il n’a pas pu promulguer le Code du travail nouveau comme il entendait. Le délai était donc épuisé. Alors comment allait-il faire ? Suspense...
Ils ont fait, je crois, le pire, c’est-à-dire que dans une loi qui parlait d’autre chose, sur l’intéressement et la participation, .....tenez-vous bien, il faut le dire aux Français, c’est une loi qui a été publiée au journal officiel le 30 décembre 2006 !
C’est une date admirable, 30 décembre 2006 ! C’est celle où tout le peuple de France et tous ses syndiqués lisent le journal officiel, le 30 décembre 2006, n’est-ce pas... Et dans cette loi, ils ont fait ce qu’on appelle un petit cavalier parlementaire, un petit article qui parlait d’autre chose, et qui a renouvelé le délai du 1er janvier 2007 au 30 septembre 2007. Alors donc ils ont pu continuer...
Le ministre Larcher a dit le 29 janvier de cette année au Sénat a dit : « On va faire le faire avant l’élection présidentielle ! « . Même les sénateurs étaient bluffés. « Oh ! Vous n’allez pas faire ça ! ». Alors Larcher l’a redit à la commission nationale des négociations collectives le 6 février, devant tous les syndicats qui ont : « Oh ! Vous n’allez pas faire ça ! ». Et ils ont même fait tous des communiqués, chaque syndicat représentatif, et même des communiqués ensemble : « Non, ne faites pas ça, ne faites pas ça, pas à marche forcée, vous pouvez pas ! ».Et puis ils l’ont fait - tenez-vous bien, ça restera dans les annales des mystifications sociales de l’Histoire de ce pays - au Conseil des Ministres du 7 mars de cette année, promulguée le 12 mars, en pleine campagne présidentielle, sans qu’il y ait un candidat qui ose parler de cela et poser le débat au pays alors qu’on était en pleines élections.
Au conseil des ministres du 18 avril de cette année, à quatre jours du premier tour - vous vous rendez compte, quatre jours du premier tour ! -, ils ont dit : « Ca y est, c’est bouclé, on va le présenter au Parlement ». Alors il a fallu qu’ils attendent quand même la réélection.... Et puis surtout ils avaient peur qu’il y ait des recours. Oui, parce qu’ils étaient réduits à une formule très ambiguë : c’était de promulguer la partie législative avant le 30 septembre 2007, - donc conformément à leurs délais -, mais la partie réglementaire n’était pas encore écrite, et donc ils se donnaient un délai jusqu’au 1er janvier 2008, pour tout boucler le 1er mars 2008.
Alors ils ont mis une petite clause - Chirac en avait l’habitude depuis le CPE-, ils promulguaient une ordonnance dont ils demandaient qu’elle ne s’applique pas tout de suite.... Il y a des petits vices de procédure possibles, donc ils sont arrivés au Parlement. Ils voulaient le faire le 20 novembre. Et j’arrive à la fin de la description, mais ça vaut le coup quand même.... Il faut que les gens entendent. C’est pas du rien comment on les manipulent, comment on les roule dans la farine.
Donc on en arrive au 4 décembre prochain, dans quelques jours, entre 16 heures et 19 heures - tenez-vous bien, parce que ce n’est pas une discussion parlementaire ordinaire, ce n’est pas avec une navette parlementaire, c’est avec une ratification d’ordonnance ! Donc ça dure trois heures ! On ratifie ce qui est fait ! Donc ils ne pourront pas discuter sur le fond de tous les changements fondamentaux qui sont opérés. Ils ratifient. Le Parlement est squizzé. Et le nouveau code du travail sera en place quand la partie réglementaire s’ajoutera.
Là-dedans, ils ont changé 500 lois en décrets.
Souvent les gens n’entendent pas : la loi ?? le décret ???. La loi, c’est quand même le Parlement ; le décret ;il n’y a que le gouvernement.
Alors des lois qui ont été votées pendant des décennies justement faites de chair et de sang maintenant peuvent être modifiées sans qu’il y ait besoin d’un débat dans la représentation nationale. 500 lois transformées en décret. Je crie ! je crie ! Contre la souffrance sociale parce que lorsque les salariés vont voir ce qui va en résulter...
Pascale Fourier : Ca fait du bien d’entendre des socialistes comme vous de temps en temps....Tout à l’heure, vous me disiez que cette refonte du Code du travail a été énoncée comme étant faite à droit constant, et vous, vous dites : « droits allégés ».... ?
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 15:21

Suite et fin :
Gérard Filoche :
Oui, bien sûr. Enfin elle est voulu vous le savez par le MEDEF, l’U.M.M., Denis Gauthier-Sauvignac, vous savez celui qui gagne 240 millions euros pour distribuer 2 millions d’euros en liquide, corrompre, casser les grèves, prévenir les grèves, corriger les grèves, fausser la concurrence. Il est président de l’UNEDIC, il paye des salaires en liquide, sans cotisations sociales. Il est contre les 35 heures, contre le droit du licenciement, contre le SMIC et donc contre le code du travail. Il a fortement inspiré ce qui est en train de se passer, avec Mme Parisot, avec Villepin, Larcher, Chirac, Sarkozy, dans la continuité avec Fillon depuis 3,4,5 années.
Alors que font-ils ? Il font des changements de doctrine. Je vais vous donner un exemple. La durée du travail, je vous l’ai dit, depuis le Dr Villermé était lié à la santé, aux conditions de travail. Eh bien ils l’ont viré du chapitre « conditions de travail », ils la mettent maintenant dans le chapitre « salaires ». Ca, c’est un changement de doctrine fondamental pour l’approche de la durée du travail du point de vue de la santé des travailleurs.
Deuxièmement, par exemple apprentissage. L’apprentissage était un contrat de travail. Comme ils l’ont mis maintenant à 14et 15 ans, ils le virent de la partie « contrat de travail », ils le mettent dans la partie « formation professionnelle », ce qui fait que ce n’est plus le droit du travail qui s’appliquera, mais celui des stagiaires.
Les 230 000 apprentis de notre pays ne le savent pas encore, mais ils en souffriront... Déjà que moi, j’ai encore vu l’autre jour un apprenti de 15 ans, 169 heures, 333 €, puisque la première année on gagne 28 % du SMIC.
Et en fait, il faisait même pas 169 heures, il en faisait 200, le pauvre môme. Il n’avait aucune notion de ses droits. Il était dans la restauration. Il était en train à 15 heures de l’après-midi de faire la mise en place et d’éplucher ses carottes pour le soir, alors qu’il aurait déjà dû partir depuis 1 heure se reposer. Dans le système dans lequel il était, déjà il était maltraité, mais là il ne pourra pas beaucoup maintenant se réclamer du Code du travail...
Je vais vous donner un troisième exemple, l’inspection du travail est un chapitre forcément indépendant puisque celle-ci est indépendante, protégée par la convention numéro 81 de l’OIT. Maintenant elle est dans le chapitre « administration du travail ». Elle va être là pour appliquer les politiques en place.
Ensuite le droit de grève. Le droit de grève, c’est une partie normalement séparée. Là ,on l’a bien mis dans le chapitre « négociation collective », on pourrait donc négocier le droit de grève éventuellement, contre le fait qu’on ait tel ou tel avantage, on pourrait y renoncer.
Ensuite, il u a des remises en cause un peu plus fines. Là où l’employeur était « tenu d’informer » le comité d’entreprise, maintenant il « informe » le comité d’entreprise. On m’a dit que c’était pas grave, que c’était pur alignement verbal. Moi, je préférais quand l’employeur était « tenu d’informer ». Il me semblait qu’on pouvait davantage lui reprocher quand il ne le faisait pas, or il ne faisait pas souvent.
Je vais vous donner un autre détail : ils ont enlevé tous les chiffres. En disant : « Ce sont des décrets.. ». C’était dans la loi quand qu’on ne pouvait porter plus de 25 kilos. Alors maintenant je ne sais pas ce qu’il aura dans les prochains décrets... C’était dans la loi que les femmes ne pouvaient pas porter des poids aussi élevés que les hommes. Eh bien maintenant, au nom de l’égalité professionnelle, elles vont pouvoir porter des poids aussi élevés que les hommes. Et comme il n’y aura pas de chiffres, ça pourra ne pas être limité à 25 kilos.
Alors les perversités sont dans tout. Il n’y a plus de chiffres par exemple pour les indemnités de licenciement.
Ah, j’étais de ceux qui avaient poussé pour que Lionel Jospin, dans sa loi de modernisation sociale, de janvier 2002, double les indemnités de licenciement. Oh, ce n’était pas un grand chiffre, c’était 2/10e de mois par année d’ancienneté d’indemnités légales, comme on dit, de licenciement. Eh bien maintenant, ce n’est plus dans la loi. Ce sera par décret bientôt. On verra ce qu’il aura dedans, n’est-ce pas...
Vous avez des petits aspects plus fins, et sur des questions secondaires. Par exemple, l’ouvrier agricole, il y perd son 1er mai chômé et férié. On sait pas pourquoi l’ouvrier agricole perd son 1er mai férié. Je ne sais pas s’ils manifesteront pour le défendre et même s’ils en avaient, hélas, bien l’usage, mais enfin il y a des dizaines, des centaines de petits droits s’en vont comme ça.
Les ouvriers agricoles, les dockers, les mineurs, les travailleurs de l’éducation, seront envoyées vers d’autres codes. Il y aura un code de l’éducation, mais ce ne sera pas le code du travail. Ce sera valable aussi pour les assistantes maternelles et pour toutes les activités connexes. Hop, ce n’est plus le code du travail ! Ce sont des codes adéquats. Alors évidemment ils y perdront du droit au passage, c’est une volonté d’éclater le salariat.
De la même façon que ce qui visait à attaquer, à rendre possible pour l’inspection du travail de contrôler la fausse sous-traitance, le marchandage, le prêt illicite de main-d’oeuvre, tout ça est tout à fait désorganisé. Et en fait la présomption de non salariat est largement facilité.
Vous avez aussi une mise en cause fondamentale du contrat de travail. Un contrat de travail, ce qui le caractérise, c’est un lien de subordination. Ilest parfois difficile de percevoir ce que cela signifie. Je prends toujours l’exemple des chantiers. Je suis inspecteur du travail. Quand je rentre sur un chantier, je vois des ouvriers, hélas, qui n’ont pas de chaussures de sécurité, qui n’ont pas de casques. Je ne dis rien à ces ouvriers. Je vais voir le chef de chantier et lui dit : « Monsieur, je vais vous dresser un procès-verbal et vous envoyer devant le juge, parce que ces ouvriers n’ont pas de casques ou de chaussures de sécurité ». Alors je connais la réponse, ça fait 30 ans que je fais ce métier, on me dit : « Ah, je leur ai dit de les mettre ! Ils ne les ont pas mises ! Etc ». « Monsieur, vous savez vous faire obéir d’eux pour les faire arriver à l’heure, et pour les faire travailler, vous avez en contrepartie une obligation, c’est d’assurer leur sécurité. Donc c’est à vous que je m’en prends, moi, inspecteur du travail indépendant, pour vous sanctionner parce que ils n’ont pas de chaussures de sécurité ». Donc c’est ça si vous voulez. Il y a une subordination. Et il y a une contrepartie à la subordination qui est le droit du travail, avec des éléments d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail, en même temps que sur les horaires.
De la même façon, je rentre dans des entreprises très tard le soir et je vois des gens qui travaillent pour la 11e heure de la journée. C’est interdit ! Dans ce pays, on ne peut théoriquement pas dépasser 10 heures, puisque c’est la durée maximale de travail quotidienne. Et donc je trouve quelqu’un qui travaille 11 heures. Il y a plusieurs versions dans ces cas-là. Parfois le salarié s’abuse lui-même et me dit : « C’est moi, j’ai choisi, j’ai voulu ». Mais dans ce cas-là, je vais quand même l’employeur et je lui dis : « Monsieur, ce salarié a travaillé 11 heures, et donc je vais vous mettre un procès-verbal à vous, parce que vous devez veiller à ce qu’il ne dépasse pas les 10 heures maxima quotidienne qui sont d’ordre public social ».
Maintenant, il y a des équilibres dans le Code du travail qui sont tout à fait fascinants. À côté des obligations des employeurs, vous avez maintenant, en hygiène et sécurité, des obligations des travailleurs. C’est-à-dire que la contrepartie de la subordination s’estompe. Il y aura l’obligation de porter la chaussure de sécurité. « Ah, tu ne la portes pas ! Eh bien c’est ta faute, moi je te l’avais dit, donc je ne suis plus responsable que tu ne la portes pas, c’est toi qui ne la portes pas ». Donc la protection, la santé, l’hygiène, la sécurité, ces questions de doctrines fondamentale sont mis en cause.
Alors Mme Parisot, celle des caisses noires, celle des statuts qui sont transparents et qu’elle n’applique pas, celle qui dit : « Je me sens salie, c’est un secret de famille honteux, je ne savais pas qu’on distribuait des millions d’euros en liquide » - 22 millions d’euros en liquides, 600 millions de caisses noires.
Vous savez le conflit SNCF, c’était 90 millions d’euros ; donc les caisses noires de Mme Parisot, c’est sept fois plus que ce qu’il y avait en jeu dans les 10 jours de grève la semaine dernière. Mme Parisot dit : « Mais on ne peut pas être responsable comme ça de tous les salariés, ils ont à se prendre en charge, il faut donc simplifier ce code, et on ne peut pas garder tant de responsabilités sur le dos des employeurs ». Alors elle est pour la séparabilité au lieu du droit du licenciement ; elle est contre la durée légale du travail.
Certains disent : « Tout le monde ne chausse pas du 35 ! ». Ça, c’est le MEDEF. « On ne peut pas faire tous 35 heures ». Mais 35 heures, c’est pour la santé !
Ce n’est pas semble seulement pour l’emploi et l’argent. Si on est passé de 40 heures à 39 heures et à 35 heures en 70 ans, en réussissant en même temps à augmenter les salaires et à augmenter la productivité, c’est qu’en fait l’orientation générale était pour le bien des salariés, et pour la redistribution des salaires, en échange d’un travail souvent stressant, dur, sinon pire.
Là, ils veulent faire sauter ça. Il n’y a plus de référence. Mais si vous n’avez plus de référence - et c’est ce que le code du travail prépare, dans les côtés secrets, caché dont ses rédacteurs se vantent -, si vous n’avez plus de référence sur les 35 heures, vous n’aurez plus de référence sur le SMIC, vous n’aurez plus de référence sur les minima sociaux, vous aurez plus de référence sur la mensualisation, c’est-à-dire que vous n’aurez plus de référence pour déterminer où commence le temps partiel, où commence l’heure supplémentaire. Vous aurez donc une déstructuration complète.
Ils n’ont mis pas tout ça encore dans le Code, mais ils ont mis des petits détails déjà : l’inspecteur du travail ne pourra plus avoir la charge de vérifier les minima sociaux en matière de salaires alors qu’il pouvait avant.
Donc c’est une vraie destruction. C’est de l’acide qu’ils ont versé sur le code. 500 lois transformées en décrets, une complication, ils ont tué la jurisprudence antérieure de ce fait et ce qu’ils nous annoncent ne peut être que pire.
Il y a encore quelques jours. Adressez-vous, ceux qui m’entendent à vos élus, réveillez-les ! Adressez-vous aux parlementaires, dites-leur de se bouger ! Adressez-vous à vos syndicats, dites-leur que ce n’est pas seulement une question de lois et que la lutte est ailleurs, tout est là ! Parce que tous ceux qui croient que le Code ne sert à rien se méprennent. Si vous luttez, c’est vrai que c’est ça qui compte ! Mais si vous luttez avec un bon Code du travail et des lois pour vous appuyer dessus, vous irez plus loin que si vous avez plus de lois et plus de code du travail.
Pascale Fourier : C’était Des Sous... et des hommes avec Gérard Filoche, qui est est plein de verve, comme vous l’aurez remarqué. Il vient d’écrire un livre qui s’appelle « Mai 68 histoire sans fin » et le sous-titre est « Liquider dès mai 68, même pas en rêve » est-il marqué en sous-titre. C’est aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. Et ça coûte....
Gérard Filoche : 23 € pour 480 pages, et c’est 40 ans d’histoire qui explique quelque part que le président actuel, quand il dit qu’il faut liquider mai 68, veut liquider la plus grande grève générale de l’Histoire, mais qu’il n’y arrivera pas. N’est pas Thatcher qui veut.
Pascale Fourier :
Autrement je vous rappelle qu’il a toujours quelque chose d’absolument urgent sur le feu. C’est le traité « simplifié ». Dans 15 jours ca y est, c’est fait, c’est passé, il aura été adopté et le Parti Socialiste va se prononcer le lendemain pour savoir si oui ou non, il va dire Oui à la réforme constitutionnelle préalable à cette ratification. Le seul moyen d’éviter que ce traité ne passe, c’est de de faire pression sur notamment les socialistes – pas seulement les socialistes, mais essentiellement sur les socialistes -, pour que définitivement ils votent Non. Je vous rappelle qu’il existe un petit site, qui s’appelle www.traite-simplifie.org sur lesquels il y a une action.Les réponses des parlementaires commencent à tomber.
N’hésitez pas à les d’interpeler s’ils ont répondu Oui, et surtout s’ils n’ont rien répondu.
A la semaine prochaine.




Rappel : Vous pouvez imprimer ce texte. Quel que soit l’usage que vous en ferez, il vous est demandé de citer votre source : Emission Des Sous...et des Hommes du 27 Novembre 2007 sur Aligre FM.

www.des-sous-et-des-hommes.org. Merci d’avance.
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 16:02

Que dire à part que c'est amplement scandaleux,car là,d'après ce que dit monsieur Filoche j'ai l'impression qu'on tente d'entrer dans une société minarchiste avec des entreprises qui ont leur propre code du travail,leur propre durée légale du travail ect..Vous l'avez compris ça veut dire que c'est la porte ouverte à tout les abus
alors,comment vivre avec un tel code?Comment faire respecter ses droits s'il y en a plus?Bref comment vivre dans la dignité humaine avec cette horreur sociale?


J'aimerais bien savoir si les principaux syndicats lycéens ont dejà reagi sur ce qui est en train de se tramer derrière notre dos parce que je tiens à préciser que la France de demain c'est nous,et socialement elle est dejà en train de se construire avec de telles réformes ou conneries de ce genre.

Allons,ne perdons pas courage:il faut s'organiser pour défendre nos vies car l'avenir c'est nous.
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 16:08

Franchement avec ça on a de quoi mettre dans la rue l'ensemble des salariés !! Maintenant il faudrait vérifier ces dires pour être sur de ne pas se tromper !
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 17:46

Vous me direz ça va bien avec l'idée de Nicolas Sarkozy qui est de détruire l'esprit des luttes sociales,des acquis sociaux,l'esprit de mai 68...
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Dim 2 Mar - 18:12

oui sans aucun doute ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Mer 5 Mar - 21:09

Ceci pour vous dire qu'il y aurait un collectif national rassemblant de nombreux syndicats étudiants dont l'UNEF et de nombreux mouvements politiques dont les JCR qui étudirait la sois-disante "réforme" du code du travail et aurait également pour objectif de préparer une future mobilisation nationale.Voila pour vous dire qu'on s'y interesse de près mais ce n'est pas encore vraiment dévoilé au grand publique.
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Mer 5 Mar - 21:11

Dès que t'as plus d'infos tu nous prévient Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Raphaël
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif
avatar

Masculin Nombre de messages : 3257
Age : 26
Ville : Grenoble et Bons en Chablais (74)
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Jeu 6 Mar - 18:15

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/messages_recus/CASSE_DU_CODE_DU_TRAVAIL_L_analyse_de_Richard_Abauzit.pdf
C'est une étude de 45 pages ( avis aux courageux Very Happy ) réalisé en 2007 !
Revenir en haut Aller en bas
http://actualutte.info
Vincent91
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 25
Ville : Arpajon(91)
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 22 Mar - 15:02

Voici les videos de la conférence donnée lors de l'AG d'ATTAC 92 au mois de novembre 2007.Monsieur Gérard Filoche,inspecteur du travail,expose les craintes sucitées par la "réforme" du code qui aurait lieu dans le silence genéral.Une bonne analyse pour ma part de la realité sociale et de ce qui risque de nous tomber dessus pour bientôt.

J'ai mis les vidéos dans l'ordre (chapitre 1,2,3 ect...).Jugez en par vous-même.

http://www.dailymotion.com/video/x3mr2h_chap1-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mr6o_chap2-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mr8n_chap3-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

ttp://www.dailymotion.com/video/x3mr9u_chap4-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mrb9_chap5-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mrcx_chap6-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mrez_chap7-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics

http://www.dailymotion.com/video/x3mrg5_chap8-conf-de-gfiloche-le-code-du-t_politics
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   Sam 22 Mar - 15:36

ça fait peur, putain! Faut faire la révolution, face à ça!

résistance3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destruction du code du travail URGENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destruction du code du travail URGENT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» code du travail et EPI
» le droit du travail expliqué
» veille réglementaire code du travail et transport
» Congé parental : 80%
» un employeur peut il vous faire souffler dans le ballon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: DÉBATS ET IDÉES-
Sauter vers: