COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Fiche : Nos droits face à la police

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Fiche : Nos droits face à la police   Sam 12 Jan - 17:47

Que faire face à la police ?
Guide pratique du manifestant arrêté, rédigé par le syndicat de la Magistrature


LORS D’UN CONTROLE D’IDENTITE VOS DROITS

Si vous êtes de nationalité française, vous pouvez établir votre identité par tout moyen, il n’est pas obligatoire d’avoir sur vous une pièce d’identité.
Si vous êtes de nationalité étrangère, vous devez, en principe, toujours avoir avec vous le titre ou les documents vous autorisant à circuler ou à séjourner en France (une carte de séjour, un passeport avec un visa datant de moins de 3 mois , un récépissé de demande de titre de séjour ou encore une convocation (...)

Sur le web :
le site du syndicat de la magistrature : http://www.syndicat-magistrature.org/

- LORS D’UN CONTROLE D’IDENTITE VOS DROITS

Si vous êtes de nationalité française, vous pouvez établir votre identité par tout moyen, il n’est pas obligatoire d’avoir sur vous une pièce d’identité.

Si vous êtes de nationalité étrangère, vous devez, en principe, toujours avoir avec vous le titre ou les documents vous autorisant à circuler ou à séjourner en France (une carte de séjour, un passeport avec un visa datant de moins de 3 mois , un récépissé de demande de titre de séjour ou encore une convocation à la préfecture etc...)

En effet, la police peut à tout moment, contrôler la régularité de leur séjour en France des étrangers, Les mineurs étrangers peuvent prouver par tout moyen leur identité. Ils sont inexpulsables du territoire français.

Les motifs du contrôle d’identité : art 78-2 du code de procédure pénale : outre les contrôles spécifiques des étrangers, les forces de l’ordre peuvent contrôler votre identité s’il existe des raisons plausibles de soupçonner qu’une personne a commis ou a tenté de commettre une infraction, se prépare à commettre un crime ou un délit, ou est susceptible de fournir des renseignements sur une enquête pénale en cours, ou fait l’objet de recherches judiciaires.

Mais le Procureur peut aussi requérir des contrôles d’identité pour les infractions qu’il précise (recherches de stupéfiants, ports d’armes...).

Enfin l’identité peut être contrôlée pour « prévenir une atteinte à l’ordre public »

Les motifs du contrôle sont donc très larges, mais ils doivent répondre à l’un de ces critères, sous peine de nullité du contrôle. Par exemple, le fait de porter un auto-collant (ou une banderolle), avec un sigle syndical ou associatif, ou une inscription licite quelconque, ne justifie en aucun cas un contrôle d’identité. La police n’a pas le droit de vous demander de retirer l’auto-collant, car c’est une atteinte à la liberté d’expression. Autre exemple : vous avez le droit de photographier ou de filmer une manifestation, et rien n’interdit de filmer les policiers dans des lieux publics. Ils n’ont pas le droit de confisquer votre matériel ou le film. la rétention en vue de vérifier votre identité (art 78-3 du code deprocédure pénale) :

Si vous n’avez pas de preuve de votre identité, vous pouvez être retenu par la police qui souhaite vérifier votre identité pendant 4 heures maximum à partir de début du contrôle.

Ne tentez pas de vous soustraire par la force à un contrôle d’identité, c’est un délit de rébellion. Restez toujours calme et poli. CONSEILS pour les contrôles d’identité : Vous avez le droit de faire aviser le procureur de la république de votre rétention. Si vous êtes mineur, le procureur de la République doit être informé dès le début de la rétention. Exercez le droit de faire prévenir le procureur. Une copie du procès-verbal de contrôle d’identité doit vous être remise après 4h , (s’il n’y a pas de garde à vue à la suite) ­Exigez-ce document.

Vous avez le droit de prévenir votre famille ou toute personne de votre choix. Si vous êtes mineur, vous devez être assisté par votre représentant légal . Si les policiers sont agressifs lors d’un contrôle d’identité, restez polis, ne les tutoyez pas, même s’ils vous tutoient, ne faites aucun geste violent à leur égard, car cela peut entraîner des procédure d’outrage ou de rébellion, ou de violences sur personne dépositaire de l’autorité publique ; des peines d’emprisonnement sont encourues et vous pouvez être jugés en comparution immédiate (flagrants délits). P

renez les coordonnées de toutes les personnes qui peuvent témoigner de la scène. Si vous êtes emmenés au commissariat, demandez à tout témoin de prévenir vos proches ou un avocat.

Si vous refusez de collaborer à la vérification de votre identité (en faisant des déclarations manifestement fausses, par exemple), vos empreintes et une photo peuvent être prises.

Et si vous refusez de vous soumettre à cette mesure, vous pouvez être punis de 3 mois de prison et 3750 euros d ’amende (art 78 ­5 du CPP)

Avant de signer un procès-verbal, relisez-le attentivement.

Si vous n’êtes pas d’accord avec le contenu des procès-verbaux, vous pouvez refuser de les signer (documents rédigés par les policiers et décrivant l’interpellation ou la vérification d’identité).

Si vous estimez que le procès-verbal contient des erreurs ou des imprécisions, vous devez demander au policier qui l’a tapé de le rectifier ; s’il refuse, vous pouvez vous-même faire des ajouts manuscrits à la fin du procès-verbal, suivis de votre signature. Lors de l’interpellation, la police peut seulement accomplir sur vous une palpation de sécurité. Il s’agit d’une recherche extérieure, à travers les vêtements, d’objets dangereux pour la sécurité du porteur ou d’autrui.. Cela ne peut en aucun cas consister en des attouchements ou une fouille à corps. Ayez toujours les coordonnées d’un ou plusieurs avocats sur vous

- LORS D’UNE GARDE A VUE

Un officier de police peut décider de vous retenir au poste 48 heures maximum s’il soupçonne que vous avez commis ou tenté de commettre une infraction. S

Si la garde à vue fait suite à un contrôle d’identité, la durée de la garde à vue (48h)se calcule à partir de l’heure de votre interpellation par la police (les 4 h de rétention pour le contrôle d’identité incluses). Vous devez être immédiatement informé de vos droits dans une langue que vous comprenez (art 63-1 du CPP). Si l’interprète ne peut se déplacer , cela se fera par les moyens de télécommunications autorisés.

VOS DROITS Dès le début de la garde à vue , le procureur doit être informé par l’officier de police judiciaire de votre placement en garde à vue.

Vous pouvez être retenu au maximum 48h (96h lorsque des stupéfiants sont en cause, selon l’art 63-1 du CPP). La prolongation d’une garde à vue de 24h à 48h doit être autorisée par le procureur.

Un mineur ne peut être retenu que 24h ( s’il a plus de 13 ans). Vous avez le droit de savoir quelle infraction vous est reprochée Vous devez demander que ce soit écrit sur le procès-verbal.

Vous avez le droit de voir un avocat que vous avez choisi ou un avocat qui est mis à votre disposition si vous n’en connaissez pas. Lorsque vous participez à une manifestation, ayez toujours sur vous les coordonnées d’un ou plusieurs avocats.

Vous devez rencontrer votre avocat immédiatement au début de la garde à vue et à la 20e heure (72e heure en cas de stupéfiants), pendant 30 mn de manière confidentielle (art 63-4 du CPP). En cas de prolongation de la garde à vue au delà de 24h, autorisée par le procureur vous pouvez encore voir l’avocat à la 36e heure.

Dès le début de la garde à vue « sans délai » , vous pouvez faire prévenir, par l’intermédiaire d’un policier, par téléphone, un proche (la personne avec qui vous vivez habituellement, l’un de vos parents, l’un de vos frère ou soeur, un ami, votre employeur, etc... (art 63-2 du CPP).

A tout moment lors de la garde à vue, à votre demande ou à celle d’un membre de la famille, vous avez le droit de demander d’être examiné par un médecin qui vient sans délai.

Après 24h de garde à vue, vous avez le droit de demander une seconde fois à voir un médecin. Si vous avez moins de 16 ans, un médecin est désigné dès le début de la garde à vue pour vous examiner.

Lorsque l’infraction concerne les stupéfiants, un médecin doit vous examiner dès la première heure de garde à vue, puis toutes les 24h, en plus des examens que vous pouvez personnellement demander, durant la garde à vue qui peut ici durer 96h.

Il est possible que vous subissiez une fouille à corps afin de rechercher des indices en rapport avec l’infraction flagrante qui vous est reprochée. Il s’agit alors non seulement de fouiller vos vêtements mais aussi l’intérieur de votre corps.

Mais la fouille à corps ne peut être effectuée que par un policier de même sexe que vous.

CONSEILS LORS DES GARDES À VUE Relisez très attentivement le procès verbal Vous pouvez choisir de vous taire lors des interrogatoires.

Attendez d’avoir demandé conseil à votre avocat avant de répondre aux questions posées par les policiers. Vous pouvez refuser de signer le procès-verbal (documents décrivant les conditions de garde à vue et des auditions). Si vous n’êtes pas sûr de son contenu, mieux vaut ne pas le signer ou ajouter vous-même des précisions à la fin du document, avant de le signer.

Ayez toujours les coordonnées d’un ou plusieurs avocats sur vous, avant de partir en manif.

Si vous n’avez pas les moyens de payer les frais d’un avocat, vous pouvez demander à l’état français de prendre en charge totalement ou partiellement ces frais selon le montant de vos revenus mensuels. C’est l’aide juridictionnelle.

Les policiers n’ont pas le droit de vous faire subir des violences, ni physiques, ni morales (art 222-13 du CP et article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme. Si vous subissez des violences (coups, insultes, humiliations, refus de repas...) parlez en à votre avocat et demandez un examen médical afin que ces violences soient constatées dans un établissement hospitalier et qu’un certificat médical précisant la durée de l’arrêt de travail soit établi.

La solution la plus efficace est de porter plainte devant un juge d’instruction avec constitution de partie civile. Une somme d’argent vous sera demandée à titre de consignation, sauf si vous avez l’aide juridictionnelle. Si des violences contre des biens ou des personnes vous sont reprochées, il est très important d’avoir pris les coordonnées des personnes pouvant témoigner en votre faveur.

Avant de manifester, ayez sur vous des petits papiers où vous avez écrit votre nom et votre téléphone, pour pouvoir les distribuer en urgence aux témoins, au moment où la police vous emmène, et tâchez de prendre les coordonnées des témoins.

Vous avez des droits que les policiers ne peuvent vous refuser, comme ceux de voir un interprète, un avocat , un médecin. S’ils vous ont été refusés, faites noter sur le procès-verbal que vous les avez demandés ou bien noter le vous-même avant de le signer. Parlez en impérativement à votre avocat, car le non respect de vos droits rend toute la procédure nulle.

Si les policiers vous ont dit que vous figuriez sur le STIC (système de traitement des infractions constatées), il s’agit d’un fichier de police (ou de gendarmerie) sur lequel sont inscrites des personnes "mises en cause" dans une précédente procédure (sans pour autant avoir été condamnée).

Demandez aux policiers de vous lire les mentions du fichier qui vous concernent, et si vous n’êtes pas d’accord, vous pouvez écrire au Procureur de la République pour faire rectifier ou effacer ces informations.

à suivre...


Dernière édition par Animateur le Jeu 28 Fév - 21:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Sam 12 Jan - 17:51

Suite...

- LORS D’UNE COMPARUTION IMMEDIATE

La comparution immédiate est une procédure qui permet de faire juger quelqu’un à la suite de la garde à vue devant le tribunal correctionnel.

C’est le procureur qui décide si on vous juge immédiatement, ou si on vous relâche pendant la garde à vue, ou à la fin de la garde à vue : en ce cas la police peut vous remettre une convocation devant le tribunal, avec une date d’audience.

Le procureur peut aussi décider de vous faire juger le jour-même, en "comparution immédiate", si vous risquez une peine de prison égale ou supérieure à 6 mois, c’est à dire pour la plupart des délits commis lors d’une manifestation. Voici quelques exemples justifiant un jugement immédiat : lorsque vos êtes étranger en situation irrégulière, ou en cas de dégradations lors d’une manifestation, ou d’outrage et rébellion ou de violences envers la police (ou de menaces verbales de violences), en cas de vol, de mendicité avec un chien "dangereux", d’occupation d’un squatt, d’outrage au drapeau ou à l’hymne national, ou si vous êtes sous le coup d’une interdiction du territoire, d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière ou d’une mesure d’expulsion.

Mais en cas de "racolage passif"(et si vous n’êtes pas aussi en situation irrégulière), ou d’entrave à la circulation dans un hall d’immeuble, seuls deux mois de prison sont encourus et la comparution immédiate est donc impossible.

CONSEIL TRES IMPORTANT

Vous avez le droit de refuser d’être jugé le jour-même lorsque le juge vous demande si vous acceptez la comparution immédiate (art 397 du CPP).

Mais vous risquez d’aller en prison pendant 2 à 6 semaines en attendant. Parlez en à votre avocat.

Le risque d’aller en prison en attendant d’être jugé, même si vous avez une famille ou un travail est réel.

Attention ! Devant le tribunal soyez calme et poli. Ecoutez les conseils de votre avocat, dont la présence est obligatoire, sur l’attitude à avoir et surtout sur les déclarations à faire au juge. Vous avez le droit de faire appel contre la décision du juge qui vous condamne Vous pouvez demander l’aide juridictionnelle pour payer les frais d’avocat et les frais de justice, si vos revenus sont très faibles (en gros, inférieurs au SMIC).

LORS D’UNE RETENTION ADMINISTRATIVE d’UN ETRANGER

Si vous êtes étrangers en situation irrégulière, le préfet peut décider de vous reconduire à la frontière.

Dans ce cas, le préfet peut vous placer en rétention administrative pendant 48h pour préparer votre renvoi. Au delà de ces 48h , vous pouvez être maintenu en rétention pendant encore 10 jours au maximum sur décision du juge des libertés (2 fois 10 jours), soit 12 jours dans un centre de rétention au total.Si vous êtes demandeur d’asile, retenu par la police (4 jours) à l’entrée du territoire français, vous pouvez être ensuite placé en rétention pendant 16 jours sur décision du juge, soit 20 jours au total en rétention.

VOS DROITS

Vous devez être informés de vos droits dès le début de votre rétention dans une langue que vous comprenez.

Vous avez le droit de faire un recours contre la décision de reconduite à la frontière mais le recours n’est pas suspensif (vous restez en rétention)

Vous avez le droit de demander l’assistance d’un médecin Vous avez le droit de demander l’assistance d’un avocat Vous avez le droit de demander l’assistance d’un interprète

Vous pouvez communiquez avec votre consulat et avec une personne de votre choix Vous avez le droit de faire appel contre la décision du juge de prolonger la durée de votre rétention Comme en garde à vue , vous devez être bien traité en rétention ( ne subir aucun violence ni physique, ni morale)

CONSEILS LORS DE LA RETENTION D’UN ETRANGER Une association, la CIMADE se trouve sur certains lieux de rétention afin de pouvoir vous aider, notamment à contester la décision de reconduite à la frontière. Demandez à la rencontrer au plus vite (Siège : 01 45 55 15 77) Pour une information sur les droits des étrangers, contacter aussi le GISTI (01 43 14 84 89) ou l’ANAFE (01 42 08 69 93)

- LORS DE LA FOUILLE D’UN VEHICULE

Sauf lorsqu’il s’agit d’un véhicule d’habitation ( caravanes ...), la police peut fouiller un véhicule y compris le offre, si elle a des raisons plausibles de soupçonner qu’un crime ou un délit flagrant a été commis par l’un des occupants.

La police peut aussi immobiliser un véhicule pendant 30mn et le fouiller avec l’accord du conducteur (ou à défaut le procureur) »pour prévenir d’une atteinte grave à a sécurité des personnes et des biens »

Sur arrêté du préfet, dans les lieux et à des dates précisées dans cet arrêté, les vigiles peuvent procéder à des palpations de sécurité (donc sur les vêtements), en cas de menaces graves pour la sécurité publique.

Ces palpations sont faites par une personne du même sexe que l’intéressé. Les vigiles peuvent aussi faire ouvrir un sac à main, et ne peuvent le fouiller qu’avec le consentement de la personne.
FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Lun 14 Jan - 21:11

Avant la manif

Eviter les produits qui modifient le comportement (alcool, drogues…) ; ne pas en avoir sur soi.
Proscrire le répertoire de tous ses amis / camarades, merci pour eux !
Pas de couteau ou tout ce qui peut passer pour une « arme par destination ».
S’écrire sur la main (ou connaître par cœur) le numéro d’un avocat.
Laisser à quelqu’un ses nom, prénom et date de naissance, important en cas de problème et le crier à quelqu’un en cas de problème pendant la manif.
Avoir une pièce d’identité ou un document qui comporte son nom et une photo d’identité.

Pendant la manif

Rester groupés, ne pas courir, ne pas donner d’autocollants de son orga aux inconnus.
En cas d’interpellation : Rester calme ; le délit « d’outrage et rébellion » tombe dru.

Le contrôle d’identité

Il ne peut en théorie pas excéder 4 heures.
Il peut se faire sur le lieu d’interpellation ou au commissariat.
Une « palpation de sécurité » peut être pratiquée, mais pas de fouille en règle.
Si on est maltraité pendant le contrôle, il faut absolument le faire figurer sur le procès-verbal (PV)
Si l’on n’est pas mis en garde-à-vue, demander une copie du PV d’interpellation.
Il ne faut signer que si l’on est d’accord avec ce qui figure dans le PV. Sinon, rajouter ce qui manque, et mettre un trait à la fin s’il reste du blanc sur la page.

La garde à vue (GAV)

Elle peut être annoncée au plus tard après les 4 heures de contrôle d’identité, mais elle doit être signifiée.
Elle peut durer 24 heures (à partir du moment de l’interpellation), voire 48 heures si elle est reconduite.

IMPORTANT

On a absolument le droit de se taire ou de dire que l’on n’a rien à déclarer ;
On a le droit de savoir de quelle infraction on est accusé ;
On a le droit de voir un médecin et un avocat il faut le demander à l’agent de police présent. (demande renouvelable après la 24ème heure de GAV).

Pendant la GAV, on peut subir une fouille à corps, pratiquée que par un agent du même sexe.

Pour le PV de GAV, mêmes conseils que pour le contrôle d’identité.

Suites ...

Il vaut toujours mieux refuser la comparution immédiate
Préparer sa défense avec son avocat est toujours préférable, même si l’on encourt de la prison préventive.

En cas de violences policières

On peut porter plainte par lettre recommandée auprès du doyen des juges d’instruction, auprès del’IGS et de la CNDS.
Penser à prendre des photos des blessures etc ;
Garder son t-shirt sanguinolent si c’est le cas ;
Demander une Interruption temporaire de travail (ITT) aux urgences ou à son médecin ;
Contacter une association luttant contre les violences policières.

Bonnes manifs quand même. Seule la lutte paie !

Voir la version longue : Vade-mecum juridique du manifestant

Sites utiles à consulter :

SRA (Solidarité résistance antifasciste)

Face à la police / face à la justice, qui met à jour les jurisprudences

Rebellyon

http://solidarite.samizdat.net/article183.html
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
taddeus
Visiteur habitué
Visiteur habitué


Masculin Nombre de messages : 346
Age : 24
Ville : Bordeaux
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Mar 15 Jan - 19:35

Citation :
Proscrire le répertoire de tous ses amis / camarades, merci pour eux !
Question scratch gné?

Citation :
Si vous êtes de nationalité française, vous
pouvez établir votre identité par tout moyen, il n’est pas obligatoire
d’avoir sur vous une pièce d’identité
Savoir comment on s'appelle et à quoi on ressemble suffit?
Revenir en haut Aller en bas
angel1401
Visiteur fréquent
Visiteur fréquent
avatar

Féminin Nombre de messages : 85
Age : 27
Ville : autour de limoges
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Mar 15 Jan - 21:14

Oui, car les flics peuvent remontrés tout un "reseau" comme ca, ils peuvent nous arrêter pour troubles sur la voie publique ...

donc en manif il faut éteindre son portable, ou ne pas mettre les contacts des autres membres des coord ..., ou alors utiliser des codes !
Avant que les flics puissent prendre votre portable éteigné le !

Pour les papiers, mieux vaut les avoir sur soi, car c'est un pretexte pour se retrouver au poste (donc quand on peut eviter ...)
Revenir en haut Aller en bas
http://angel-1401.skyblog.com
MJS_83
De passage
De passage
avatar

Masculin Nombre de messages : 49
Age : 25
Ville : la seyne-toulon
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Dim 10 Aoû - 0:50

Vous n'avez rien dit pour le fichage ADN Smile
Expériente traumatisante....
Revenir en haut Aller en bas
sidney
Invité



MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Mer 10 Fév - 18:32

Peut-on leur exiger de dire leurs numéros de matricules? Si on a le droit, et qu'ils doivent le dire, et qu'ils ne le font pas en disant "Ta pas à le savoir!" ou un truc du genre (j'invente), que pouvons nous dire?
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Ven 12 Fév - 17:32

Aucune idée, je n'ai jamais rien entendu à propos de leur numéro de matricule.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
magicman
Invité



MessageSujet: je n'ai pas présenté mes papiers   Ven 5 Mar - 12:38

bonjour, je me suis fait arretee, je n'avais pas mes papiers
ils m'ont verbalisee, mais je ne me suis pas présentée au commissariat avec les papiers
que peut il se passer?
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 25
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Ven 5 Mar - 16:53

Je t'invite à lire ce papier de Rue89 daté de la semaine dernière : http://www.rue89.com/explicateur/2010/02/27/vos-papiers-lce-quon-ne-sait-pas-sur-les-controles-didentite-140585

On y apprend par exemple que la carte d'identité n'est nullement obligatoire en France et qu'un titre de transport peut servir à justifier son identité.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
Kola
Invité



MessageSujet: Controle    Mer 2 Mai - 0:33

Bonjour, j'aimerais savoir si lors d'un contrôle d'identite le gendarme avait le droit de me demander des renseignements tel que mon numéro de telefone et mon adresse? Car cela m'est arriver ce samedi et je sais pas si ils sont dans leurs droits et que vont ils faire avec ces renseignements ? Merci de votre réponse
Revenir en haut Aller en bas
Dubitati
Invité



MessageSujet: Droit de surveillance Légal?   Dim 3 Juin - 12:24

Bonjour,
J'ai une interrogation car j'ai été surpris par la situation.

Je venais d’emménager dans mon nouvel appartement lorsque deux officiers de police en civil ont sonné à ma porte (présentation de leur carte, mais je n'en ai jamais vu avant, et ce fut succinct).
Ils m'ont demandé si ils pouvaient entrer car ils voulaient me parler (je leur ai ouvert la porte), ils sont entrés et m'ont demandé si j'étais au courant de vols de voitures dans la cour.
Je leurs ai répondu que je venais d'arriver et que je n'étais pas au courant.
Ils m'ont demandé si ils pouvaient effectuer une surveillance à partir de mon domicile pour surveiller le parking (seulement, le "plus drôle", c'est que je donne côté rue et non côté parking, j'ai trouvé ça louche), du coup c'est ce que je leurs ai répondu, qu'ils n'étaient pas du bon côté (ils n'ont pas le sens de l'orientation, je trouve ça étrange).
Ont-ils le droit de faire une surveillance dans un domicile d'un particulier?? (je trouve cela étrange de vivre avec des policiers durant la nuit Smile )

Mercii
A++
Revenir en haut Aller en bas
Gontran Marcel
Tout nouveau
Tout nouveau


Masculin Nombre de messages : 1
Age : 76
Ville : Saint-Raphaêl
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   Jeu 2 Mai - 18:43

lors d'un simple contrôle de police ou gendarmerie
est-on obligé de descendre de son véhicule dans la mesure ou l'ont peut présenter
les papiers demandés
-permis
-assurance
-carte grise
-pièces d'identité
Revenir en haut Aller en bas
guest123
Invité



MessageSujet: Téléphone   Sam 15 Mar - 13:03

Qu'en est t-il de la fouille du téléphone portable ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiche : Nos droits face à la police   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche : Nos droits face à la police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiches pratiques de la police territoriale et de l'intercomunalité : Depuis la loi du 5 mars 2007 et le décret n° 2007-1283 du 28 août 2007
» Poussette double face à face?
» Voilà un gars dont ses descendants vont rigoler pour faire sa fiche généalogique
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel
» Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: MOUVEMENTS NATIONAUX :: ACTIONS & PROJETS :: FICHES TECHNIQUES-
Sauter vers: