COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM
Inscrivez-vous sur le forum pour y participer pleinement : "s'enregistrer" ! Faites-le découvrir à vos amis, partagez vos informations et vos idées. N'oubliez pas de vous présenter en quelques lignes. Bienvenue en Résistance !

COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM

Notre forum héberge depuis 2007 les discussions des Coordinations nationales lycéennes, lors des mouvements lycéens, indépendamment de tout parti, syndicat ou courant politique particulier.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexionLe blog du CRCSite officiel du CRCAdhésion en ligne au CRCFacebook | CRC

Partagez | 
 

 Article sur la réforme du BAC Pro.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Animateur
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9064
Age : 26
Ville : Grand Ouest
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Article sur la réforme du BAC Pro.   Mer 2 Jan - 16:12

Voici un article sur la réforme du Bac pro trouvé sur l'Humanité :

Citation :
Une réforme dangereuse pour des milliers d’élèves
Bac professionnel . Pour les professeurs, imposer de passer l’examen en trois ans plutôt qu’en quatre, comme le souhaite Xavier Darcos, c’est condamner une majorité d’élèves à l’échec.
Certaines réformes se proclament en fanfare. D’autres pas. C’est le cas de celle portant sur les bacs professionnels, engagée sans tambours ni trompettes par le ministre de l’Éducation nationale. Le 29 octobre dernier, celui-ci commandait aux recteurs, par courrier, de prendre des mesures pour généraliser, dès la rentrée prochaine, les parcours du bac pro en trois ans contre quatre actuellement. Plus d’un mois après le lancement du processus, Xavier Darcos reçoit aujourd’hui l’ensemble des syndicats de l’enseignement professionnel, lesquels n’étouffent pas leur désapprobation vis-à-vis d’une réforme qui, disent-ils, conduira une grande part des élèves à l’échec.

De quoi s’agit-il ?

L’énoncé de la mesure est lapidaire. Actuellement, un bac professionnel se prépare en quatre ans : deux années de BEP, suivies de deux années de préparation au bac. Le ministre impose de réduire ce cursus à trois ans, généralisant là une expérimentation lancée en 2001 par Jean-Luc Mélenchon et qui touche à ce jour près de 10 000 élèves.

La mesure est motivée par les besoins économiques, qui exigent une élévation du niveau de connaissances et donc des diplômes, explique-t-on au ministère. « La finalité de la voie professionnelle est l’insertion », éclaire un conseiller. S’appuyant sur une étude réalisée en 2006, il poursuit : « À l’horizon 2015, les entreprises auront besoin de 73 000 jeunes diplômés de niveau V (CAP ou BEP, lire repères ci-après). Or ils sont aujourd’hui 120 000, soit 50 000 de trop. »

Dans le même temps, le niveau bac est devenu celui requis dans le secteur tertiaire. « Cela ne poserait pas de difficultés si l’essentiel des jeunes engagés dans un BEP poursuivaient jusqu’au bac, poursuit le conseiller. Or, seuls 39 % des jeunes qui sont entrés en BEP en 2003 étaient en terminale de bac professionnel en 2007. » D’où l’idée de faire sauter la deuxième année de BEP, afin de pousser plus de jeunes vers le bac. Or, un cursus en quatre ans handicape l’attractivité du bac pro, argumente Xavier Darcos dans sa note aux recteurs, quand les bacs techniques ou généraux, eux, ne mobilisent les élèves que sur trois ans. Autre obstacle

à abattre : celui de la concurrence qui s’opère entre

le CAP et le BEP, deux

diplômes de niveau V « aux intitulés et aux contenus

professionnels souvent proches ».

Dès septembre 2008, 50 % des BEP du secteur tertiaire (vente, comptabilité, secrétariat ou encore communication et industrie graphique) devront donc avoir épousé le nouveau rythme. Les autres secteurs seront touchés dans une proportion moindre (30 % des BEP d’électrotechnique ou d’hôtellerie, 10 % des métiers du bois…). Pour l’essentiel d’entre eux, la mue devra être finalisée en septembre 2009.

Bref, à cette date, le diplôme BEP n’existera plus. Il sera encore possible de passer son bac pro en quatre ans, assure le ministère sans plus de précision, via le développement de passerelles entre CAP et bac pro. Mais les jeunes qui se seront engagés en BEP sans décrocher le bac ne pourront plus faire valoir de diplôme, seulement une qualification (voir repères).

Combien seront-ils ?

C’est là toute la question. Unanimes, les syndicats de l’enseignement professionnel redoutent que cette réforme ne laisse sur le carreau un grand nombre d’élèves. Les pertes seront d’autant plus fortes que la transition est brutale, relève Alain Vrignaud, professeur de maths et de sciences physiques au LP de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, et responsable de la CGT Éduc’Action (UNSEN-CGT). « Cette généralisation est extrêmement précipitée. Aucun référentiel national n’a été mis en place. Qu’est-ce qui va disparaître ? Quel cadrage national du diplôme ? » interroge-t-il.

Dans son académie, Versailles, la question n’est pas mince : en 2010, 80 % des élèves devront se présenter à l’examen après seulement trois ans. Ils sont 20 % à le faire aujourd’hui, dans le cadre de l’expérimentation lancée en 2001. Alain Vrignaud compte parmi ceux qui l’ont défendue au temps de sa mise en oeuvre. Et aujourd’hui encore, l’existence d’un bac pro en trois ans lui paraît justifiée. « Le ministère s’appuie sur des réalités, note-t-il. Certains jeunes perdent leur temps en quatre ans, voire s’ennuient et décrochent. » « Quant à l’élévation du niveau de connaissance, c’est une nécessité. Mais le gouvernement use de ce vernis idéologique pour généraliser un dispositif nuisible à la masse », reprend Alain Vrignaud.

Et de s’appuyer, à l’instar du ministre, sur l’expérience elle-même. Selon celle en cours, 80 % des jeunes engagés dans un cursus en trois ans décrochent leur bac, relève avec satisfaction le ministère de l’Éducation nationale. Mais l’enseignant recontextualise : « Les expérimentations se font dans des conditions bien précises : des classes à petits effectifs et des élèves sélectionnés sur critères pédagogiques. » Sont retenus ceux qui n’ont jamais redoublé ou dont l’orientation relève d’une motivation affirmée. Loin d’être le profil commun, dans une filière qui s’offre souvent comme dernière chance aux jeunes en voie de décrochage scolaire. « On est en train de généraliser un dispositif qui répond aux besoins des meilleurs mais qui laissera tous les autres dans le fossé. Un peu comme si l’on calibrait le bac général en fonction des 15 % meilleurs élèves de terminale S », illustre Alain Vrignaud. Un étalonnage périlleux pour 80 % des jeunes, selon lui.

Même le SNALC CSEN, classé à droite, estime que le ministre ne mesure pas l’impact qu’aura le retrait d’un an de scolarité sur « les résultats et les compétences des jeunes ». Les organisations ont pour elles un argument massue : le rapport rendu en 2005 par Didier Prat, inspecteur général, lequel dresse un premier bilan mitigé de l’expérimentation. « Il est nécessaire de donner une réponse adaptée à la diversité des publics accueillis (…). Le parcours en trois ans n’est donc qu’un élément de réponse qui ne concerne qu’une faible partie des publics, relève-t-il dans ses conclusions. Il faudrait laisser d’avantage d’initiatives aux établissements (…) plutôt que d’imposer une seule alternative. » Et de plaider pour une diversification des parcours, épaulée d’un cadrage national.

Le ministère rétorque que ce rapport manquait, à l’époque, de recul. Les syndicats, eux, n’en démordent pas et supposent une autre motivation à la réforme : l’argent. Alors que les perspectives prévoient la suppression de 20 000 postes par an, les économies devront bien se faire quelque part. « Au collège, la marge de manoeuvre est limitée. Mais pas au lycée », note Rolland Hubert, co-secrétaire général du SNES, qui ne peut s’empêcher de faire le lien avec les autres réformes en chantier.

Car le bac pro n’est pas seul à se faire ravaler la façade. La réforme du bac technologique est en cours depuis 2005. Celle du bac général sera lancée en janvier. « Il nous paraît clair que cela a à voir avec les suppressions de postes », poursuit Rolland Hubert. À voir, également, avec les objectifs en termes de diplômés du supérieur. « Le gouvernement a promis 50 % de diplômés en plus. Cela ne veut pas forcément dire plus de bacheliers, mais des bacs mieux profilés. » Les facs aux bacs généraux, les IUT aux bacs techniques et les entreprises aux bacs pros. Pas un mal en soi, conclut Rolland Hubert, s’il n’était que le tuyautage intervient bien trop tôt. La filière pro, note-t-il, permet encore de belles résurrections. « On voit des gamins pour qui on n’aurait jamais fait le pari - ou qui ne l’auraient pas fait eux-mêmes - de poursuivre en BTS ! En profilant trop tôt, c’est aussi eux que l’on va laisser de côté. » Ne reste qu’à deviner qui seront les perdants.

Marie-Noëlle Bertrand

Trouvé là : http://www.humanite.fr/2007-12-11_Societe_Une-reforme-dangereuse-pour-des-milliers-d-eleves

Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lecrc.canalblog.com/
 
Article sur la réforme du BAC Pro.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BB écrit au Figaro Madame, l'article puant de Pure People !
» salon forme, mode et beauté à Dijon
» Un bel article de journal
» Pour poster un article de presse
» [mesure Sarko] la réforme des universités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMITÉ DE RÉSISTANCE CITOYENNE | FORUM :: ACTUALITÉS :: DÉBATS ET IDÉES-
Sauter vers: